Jumping international. Les plus grands champions à Dinard ce week-end

Publié le Mis à jour le

Depuis jeudi et jusqu'à ce dimanche, la crème des cavaliers de concours de saut d'obstacles a rendez-vous à Dinard pour le 110e Jumping. Un moment d'autant plus attendu cette année que ce sera le dernier rendez-vous avant les mondiaux, au Danemark dans dix jours.

C'est devenu l'une des épreuves phares du calendrier mondial des concours de saut d'obstacles. Depuis jeudi, le Jumping International de Dinard accueille les plus grands champions de la discipline : 

Vingt-trois cavaliers parmi les trente premiers mondiaux sont là, dix jours avant les championnats du monde.

Axel Mars, directeur du concours

 "Ils ne vont pas forcément participer au Grand Prix, mais ils viennent travailler avec leurs chevaux sur d'autres épreuves.  Ce concours, c'est un peu un tour de chauffe, pour eux", explique Axel Mars, le directeur du jumping. Du grand spectacle en perspective. 

Des champions attirés par l'ambiance conviviale du concours 

"C'est un concours où les cavaliers aiment venir en famille, en vacances". Depuis dix ans, des grands noms de l'équitation comme le Brésilien Rodrigo Pessoa champion olympique en 2004, le Suisse Steve Guerdat, champion olympique en 2012 ou encore les Français Roger-Yves Bost et Pénélope Le Prévost, champions olympiques en 2016 font rayonner le concours à l'international. 

Depuis 2015, le concours est surtout labellisé 5*, le plus haut niveau en saut d'obstacles. "C'est un peu le Rolland-Garros de l'équitation", se félicite Axel Mars. Le concours accueille ainsi le Grand Prix 5* -  avec des obstacles à 1,60 m -  qui aura lieu ce dimanche après-midi. 

Le Derby 3*, une épreuve spectaculaire 

Autre moment fort, le derby 3*, ce samedi en fin de journée. 

Il n'en existe qu'une dizaine au monde. C'est une distance deux fois et demi supérieure à un parcours normal. Il faut que les chevaux soient plein de courage pour passer l'ensemble des obstacles.

Axel Mars, directeur du concours

"C'est de loin l'épreuve la plus impressionnante, annonce l’organisation. Sur une distance particulièrement longue de 1 100 mètres environ, elle propose une combinaison d’obstacles traditionnels et naturels : buttes, rivières, talus mais aussi doubles, triples, oxers et verticaux aux côtes maximales." En tout, 25 obstacles au lieu de 13. 

Elle permet aux cavaliers 3* d'affronter ceux des concours 5*. On peut donc y voir des cavaliers locaux affronter les meilleurs étrangers de la planète.

Axel Mars, directeur du concours

Comme la Finistérienne Margaux Rocuet, 29 ans, victorieuse en 2019 et "qui ne pense qu'au Derby depuis des semaines". Sans monture pour l’épreuve il y a encore quelques semaines, elle a formé une jument de 9 ans, Dora du Vallon au dernier moment. "Elle a enchaîné des séances de foncier en forêt, sur la plage. C'est la cavalière la plus affutée pour cette compétition", assure Axel Mars.

durée de la vidéo : 01min 57
Portrait de Margaux Rocuet, championne 2019 du derby du Jumping de Dinard ©Lola Bodin Adriaco

Le Jumping International de Dinard en chiffre 

Pendant quatre jours, le concours accueille 150 cavaliers et 350 chevaux représentant près de 25 nations, pour disputer les 27 épreuves du programme dans 5 niveaux de concours différents : CSI YH, CSI 1*, un tout nouveau CSI Ladies, CSI 3* et le prestigieux CSI 5*. Un spectacle qui devrait attirer près de 40 000 spectateurs en quatre jours.