Evacuation de la "Jungle" : 220 migrants sont arrivés en Bretagne

Publié le Mis à jour le
Écrit par Thierry Peigné .
durée de la vidéo: 00 min 37
Images de l'arrivee migrants à Cancale

Ce lundi soir, 220 migrants sont arrivés en Bretagne dont 49 à Cancale en provenance de Calais. Depuis 8h, environ 7000 migrants sont évacués de la "Jungle". Ils seront durant trois jours emmenés par car dans des centres d'accueil aux quatre coins de la France. 


60 cars, soit précisemment 2 318 personnes selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, ont quitté ce lundi la "Jungle" de Calais. Une évacuation débutée à 8h et qui s'est déroulée dans le calme et sur un rythme soutenu. L'opération a pour objectif de vider d'ici la fin de semaine le plus grand bidonville de France, peuplé de 6 000 à 8 000 migrants.

220 migrants arrivés en Bretagne

Ce lundi soir, plusieurs cars avaient déposé 220 migrants dans des centres en Bretagne selon le préfet de Bretagne et d'Ille-et-Vilaine Christophe Mirmand.

Dans les Côtes d'Armor, 29 migrants ont été accueillis dans un des  Centres d'Accueil et d'Orientation (CAO) du département. Ils sont majoritairement originaires d’Afrique précise la préfecture dans un communiqué. De nouveaux migrants devraient arriver mardi.

Dans le Morbihan, 92 migrants sont également arrivés en début de soirée. Ils sont 20 à Lorient, 24 à Guidel, 25 à La Trinité-sur-Mer, 23 à Hennebont. Les quatre CAO du département sont gérés par les associations La Sauvegarde 56 et l'Amisep.

En Ille-Vilaine, 49 migrants sont arrivés à Cancale et 49 autres vers 22h à Beaucé près de Fougères où le centre, un ancien hôtel, peut recevoir 140 personnes.  

Dans le Finistère, les migrants sont attendus ce mardi ou mercredi au plus tard.


Un car de 49 migrants à Cancale

Le premier car à amener des migrants en Ille-et-Vilaine a quitté Calais en début d'après-midi. Il est arrivé peu après 20h30. 49 migrants, tous des hommes jeunes, majoritairement de nationalité soudanaise, se sont installés dans l’ancien hôpital public de Cancale. 
A leur arrivée, les migrants ont regagné leurs chambres indivifuelles. Fatigués mais visiblement contents d'avoir quitté la "terrible Jungle" ils espèrent "un bon accueil" de la part des habitants de Cancale. Leur priorité à la descente du car était de prendre une douche et de manger. La Croix Rouge leur avait préparé un en-cas. 

Christophe Mirmand, le Préfet de Bretagne était sur place pour superviser le dispositif d'accueil. Il était accompagné de la responsable de l'association Coallia qui gère plusieurs CAO dans la région et de Pierre-Yves Mahieu, le maire DVD de Cancale.

La commune de Cancale avait déjà reçu avant l'été une soixantaine de migrants. Des réfugiés qui étaient partis fin juin avant l'ouverture de la saison touristique. Un séjour qui s'étaient bien déroulé selon la mairie qui ne s'est pas opposée à en accueillir de nouveau.
durée de la vidéo: 00 min 37
L'arrivée de 49 migrants à Cancale

Parmi les Cancalais, interrogés ce lundi et qui ont accepté de nous répondre, cet accueil de solidarité est plutôt bien perçu.
durée de la vidéo: 00 min 34
Avis de Cancalais sur l'arrivée de nouveaux migrants

Le CAO, un centre de répit

La durée du séjour de ces réfugiés sera de trois mois maximum. Les CAO se veulent être des structures où les migrants peuvent se poser pour repenser leur parcours et demander l'asile en France. Ils ont un hébergement, un accès aux soins et un accompagnement social et administratif. Les prestations seront assurées sous la responsabilité de l'État par des structures spécialisées comme La Croix-Rouge ou Coallia.


600 migrants accueillis en Bretagne

Près de 7 000 personnes sont ainsi envoyées depuis ce lundi dans les 450 CAO (Centres d'Accueil et d'Orientation) répartis un peu partout dans l'Hexagone. La Bretagne a pour mission de recevoir 600 migrants dans l'un des 30 centres prévus par les préfectures, d'ici la fin de l'année.



Lors de ces quelques semaines de répit, 80% environ de ces migrants constitueront un dossier de demande d'asile.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité