L'aéroport de Rennes, un investissement lucratif pour les actionnaires : la CCI et Vinci Airports

L'aéroport de Rennes a accueilli plus de 850 000 passagers en 2018, soit près de deux fois plus qu'en 2012. / © Radio France/Maxppp
L'aéroport de Rennes a accueilli plus de 850 000 passagers en 2018, soit près de deux fois plus qu'en 2012. / © Radio France/Maxppp

Les actionnaires des aéroports de Dinard et de Rennes, la CCI et Vinci Airports, ont engrangé 801 000 euros de dividende entre 2011 et 2016, en ayant "seulement" investi 15 000 euros par an depuis 2010. Un investissement plus que rentable, pointé du doigt par le rapport de la cour des comptes 2020.

Par L.H.

La CCI et Vinci Airports ont misé sur un investissement qui s'avère très rentable : les aéroports de Rennes et de Dinard.

En exploitant les deux sites, via la Société d'exploitation des aéroports de Rennes et Dinard (dont VINCI Airports est actionnaire à hauteur de 49% aux côtés de la CCI Ille-et-Vilaine), les deux entités actionnaires ont empoché 801 000 euros de dividende entre 2011 et 2016. En ayant investi depuis 2010, seulement 15 000 euros chaque année.

La raison d'une telle rentabilité ? Le dynamisme des deux aéroports, boosté par l'abandon non-anticipé du projet d'aéroport à Notre-Dame des Landes. C'est ce que met en lumière le dernier rapport de la cour des comptes, qui épinglait notamment la gestion des aéroports bretons

"Le contrat signé entre la région et la SEARD pour la gestion des aéroports de Rennes et de Dinard a été établi en 2010 avec la perspective de l’ouverture d’un aéroport sur le site de Notre-Dame des Landes en 2017 et l’anticipation d’une baisse de trafic concomitante sur celui de Rennes. Ce site aurait en effet été plus proche de la capitale bretonne de 35 km que l’actuel aéroport de Nantes. Du fait de l’abandon de ce projet, l’équilibre économique de la délégation est aujourd’hui particulièrement favorable au délégataire et notamment à ses actionnaires, la chambre de commerce et d’industrie d’Ille-et-Vilaine et Vinci Airports. (...) compte tenu de l’importance des résultats annuels dégagés, les dividendes qu’ils ont perçus au titre de la période 2011-2016, à hauteur de 801 000 €, correspondent à un taux de rendement annuel de 90 %". 
 

Des négociations

Face à ce constat, la région Bretagne a réagi en rappelant que "le contrat de concession confié à la société pour l’exploitation des aéroports de Rennes et Dinard (SEARD) arrive à échéance fin 2024". Le contrat signé en 2010 s'étalait sur une durée de 14 ans et 10 mois. 

Des changements sont-ils à prévoir dans la gestion des deux aéroports de Rennes et de Dinard pour l'après 2024 ? La région Bretagne assure que des négociations sont menées. 

"La chambre régionale des comptes de Bretagne a relevé à juste titre que le contrat, négocié dans la perspective de la mise en service en 2017 de l’aéroport du Grand Ouest est peu favorable pour le concédant au portage des investissements par la concession. Dans la perspective des travaux nécessaires au développement de la plateforme, des adaptations du contrat font actuellement l’objet de négociations avec les actionnaires de la SEARD (CCI 35 et Vinci Airport). Dans l’hypothèse où ses négociations ne pourraient aboutir, la Région pourrait revoir le terme du contrat ou assumer la réalisation de ces investissements en maîtrise d’ouvrage".

La question d'une remise en cause de ce contrat devra également prendre en compte l'évolution de la fréquentation des aéroports. Celui de Rennes a passé en 2018 le cap des 850 000 passagers commerciaux et prévoit d'atteindre les 2 millions de passagers annuels à l'horizon 2035, impliquant une modernisation du site.

Du 2 au 28 mars, la piste sera fermée pour réaliser des travaux de réfection et de mise aux normes dans l'optique d'accueillir des gros porteurs de type Airbus A350 ou Boeing 777X à l'avenir. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus