Avec l'arrivée de la LGV, Rennes voit l'avenir en grand

© F3
© F3

Le ciel hérissé de quelque 90 grues de chantier, Rennes voit l'avenir en rose et en grand: confortée par une démographie dynamique et l'arrivée prochaine de la LGV, la capitale bretonne entend prendre le train des métropoles à rayonnement européen.

Par AFP

Attendu depuis plus de 20 ans, le prolongement de la LGV jusqu'à Rennes la mettra au mieux, le 2 juillet, à 1h25 de Paris. Un gain de 39 minutes qui fait rentrer la ville "dans le cercle des agglomérations proches de Paris", estime Henri-Noël Ruiz, directeur de l'agence d'urbanisme de Rennes. 

De grands projets accompagnent l'arrivée de la LGV


"Toute la politique de la métropole a consisté à faire converger l'arrivée de la grande vitesse avec la création d'un quartier d'affaires "EuroRennes", d'un centre des congrès, d'une deuxième ligne de métro et d'une cité internationale", poursuit M. Ruiz. A cela s'ajoute le lancement prochain d'études pour la construction d'une grande salle à vocation "économique et professionnelle", dédiée aux "grandes manifestations et salons internationaux".

Forte croissance démographique


Passée de 402.038 habitants en 2008 à 426.502 en 2013, grâce à un volontarisme qui lui a permis d'intégrer de nouvelles communes, Rennes est aussi la métropole qui affiche la plus forte croissance démographique, derrière Montpellier. "Il y a de l'investissement fort, des créations d'entreprises, des recrutements, une population nouvelle. Et pour couronner le tout, des enfants qui naissent, on ne va pas se plaindre", se félicite Sébastien Sémeril, premier adjoint chargé de l'urbanisme.

Les élus veulent faire de Rennes une Métropole d'affaires


Une politique ambitieuse qui imprègne les discours des élus. "L'accélération de notre territoire sera encore décuplée cette année par un nombre record de chantiers lancés", déclarait récemment la maire PS Nathalie Appéré. "Les métropoles sont le visage d'une France inventive et créative, et Rennes se veut à la pointe de ce mouvement", affirmait Emmanuel Couet, président de Rennes Métropole. Grâce aux investissements et aux filières économiques historiques de la ville (numérique, agroalimentaire, santé), les élus espèrent un "effet d'entraînement" dans toute la Bretagne.

Pour le géographe Guy Baudelle, professeur à l'université Rennes 2, il faut pourtant se garder de surestimer "l'effet LGV". "L'arrivée de la LGV ne garantit pas seule de nouvelles implantations d'entreprises", analyse-t-il, notant que la hiérarchie des villes, en termes d'attractivité, "ne bouge que très lentement".

Densification urbaine


Pour accueillir ses nouveaux habitants, la métropole a approuvé fin 2015 la construction d'environ 4 000 logements par an d'ici à 2020. Son mot d'ordre ? "La densification", qui doit permettre d'"étirer le centre-ville" tout en limitant l'envol des prix de l'immobilier. Selon les Notaires de France, Rennes conserve depuis 10 ans la 9ème place pour le prix au m2 médian des appartements anciens. A la recherche de visibilité architecturale, les élus sont aussi favorables à la construction d'immeubles hauts qui viendraient étoffer la "skyline" (ligne d'horizon) de la ville.

Le petit patrimoine privé sacrifié


Dans sa course au développement, Rennes essuie toutefois des critiques, notamment sur le sort réservé à son patrimoine. "Le petit patrimoine privé, comme les maisons du 19ème et 20ème siècle, risque de disparaître", alerte Michel Coignard, président de l'association "Les amis du patrimoine rennais". Et de pointer des exemples de permis de démolition de maisons, pourtant classées "patrimoine local remarquable" par la mairie. A cela s'ajoutent des constructions récentes qu'il qualifie de "moches". Ce que reconnaît à demi-mot Matthieu Theurier, co-président du groupe écologiste à la mairie: "on a fait le choix en 2004 de densifier les premiers faubourgs, mais on se rend compte qu'on a détruit des maisons individuelles pour faire des choses pas toujours très heureuses".

L'hyper-centre réservé aux plus aisés


L'ambition de transformer Rennes en métropole d'affaires inquiète également les habitants. Le collectif "Place à défendre" dénonce une "gentrification" rampante du centre-ville. "Les logements sociaux sont assez importants mais surtout situés en périphérie", relève Laurent Gouet, membre du collectif. "Il y a une volonté de transformer l'hyper-centre en centre commercial réservé aux plus aisés". Critiques auxquelles la mairie répond par sa politique de "mixité sociale", tandis qu'elle
expérimentera bientôt un loyer unique pour tous les logements sociaux.

Le rêve brisé d'Ibrahim

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne