Des Compagnons du devoir confiants pour leurs premières portes ouvertes numériques

Samedi 16 et dimanche 17 janvier, les Compagnons du devoir tiennent leurs traditionnelles portes ouvertes de début d'année. Mais cette fois-ci, elles seront numériques, crise sanitaire oblige. Une découverte à distance de filières qui pourrait bien se développer pour de nombreux établissements.

"Je suis totalement confiante car on a beaucoup communiqué sur les réseaux sociaux auprès des jeunes et vous savez, le bouche à oreille fonctionne bien, et c'est un de nos atouts". Cette sérénité affichée, c'est celle de Mathilde Natieracz, prêvot (directrice d'établissement, NDLR) de la maison des Compagnons du devoir de Rennes.

Samedi 16 et dimanche 17 janvier, se tiennent pour la première fois les journées portes ouvertes "Online", des portes ouvertes dans un format 100% numérique, avec des webinaires présentés en direct. Une formule digitale qui a le mérite de respecter les mesures sanitaires de distanciation sociale liées à l'épidémie de coronavirus.

Chaque année, les Compagnons du devoir organisent en janvier et mars des journées pour ouvrir leurs établissements aux jeunes en recherche de formation sur des métiers manuels, tout en découvrant le principe de la vie et l'apprentissage en communauté.

Les dernières portes ouvertes de mars 2020 avaient été tout simplement annulées pour cause de confinement. D'où l'attente de celles du week-end à venir.

 

Deux journées complètes de webinaires

 

Durant deux jours, tous les jeunes peuvent suivre une série de webinaires en direct afin de s'informer sur les parcours de formation et les métiers délivrés par les Compagnons. Il suffit de s'inscrire sur le site pour participer.

Et la palette de métiers proposés en formation est grande. Que ce soit tailleur de pierre, maroquinier, cordonnier, menuisier, ébéniste, tonnelier, plombier, carreleur, mécanicien, carrossier, charcutier, fromager ou encore maréchal-ferrant, c'est une trentaine de métiers qui sont enseignés dans les 59 maisons de Compagnons.

Comme tous les cursus d'études, les Compagnons ont dû s'adapter aux mesures sanitaires, mettant en place des cours théoriques en visio ou sur des plateformes internet et dédoublant les cours d'ateliers dès qu'ils comportaient plus de 15 élèves.

 

De nouveaux profils de candidats


Pour justifier de sa confiance affichée, Mathilde Natieracz nous explique que tout d'abord l'image d'excellence des Compagnons du devoir est toujours aussi présente. De plus, la structure qui forme des apprentis bénéficie des répercussions des aides de l'Etat lancées l'année dernière dans le cadre du plan "1 jeune 1 solution". Ce dispositif permet à toute entreprise qui recrute un apprenti de toucher 5 000 euros maximum pour un jeune de moins de 18 ans et 8 000 euros maximum pour un apprenti majeur. De quoi booster l'embauche des apprentis et offrir un horizon d'emploi aux élèves. 

Mathilde Natieracz nous explique également qu'un phénomène déjà présent semble prendre de l'importance depuis le début la crise sanitaire : la venue de nouveaux profils de candidats, "par exemple des élèves ingénieurs, qui se rendent compte qu'ils ne veulent plus rester tout le temps devant leur écran" et qui se découvrent un intérêt pour les métiers manuels où ils espèrent avoir plus de débouchés. Et des places en entreprise. "Ce n'est pas un souci pour les Compagnons du devoir. Nos élèves n'ont aucun problème pour trouver une entreprise d'accueil et même par la suite un employeur". 

90% des jeunes ayant réalisé un Tour de France de 4 à 6 ans (et qui sont donc passés dans de multiples entreprises) décrochent rapidement un emploi. 

 

Plusieurs niveaux d'entrée


Les Compagnons du devoir proposent différents parcours selon l’âge et les diplômes déjà acquis :

  • Après la 3e : pour obtenir un 1er diplôme du métier en 2 ou 3 ans (CAP, Bac Pro...) et avoir la possibilité de poursuivre aux niveaux supérieurs : BP, BTS, Deust, jusqu’à la licence professionnelle.
  • Après un bac général ou technologique : passage d’un 1er diplôme du métier (CAP ou bac pro) et poursuite vers  BP, BTS, Deust, jusqu’à la licence professionnelle, en fonction des métiers.
  • Après un 1er diplôme du métier : obtention de diplômes supérieurs tout en réalisant son Tour de France
  • En formation continue pour les salariés d’entreprise

En Bretagne, les Compagnons du devoir, c'est 210 apprentis, 205 itinérants en cours de Tour de France et 385 jeunes sédentaires dans les différentes maisons des Compagnons (Rennes, Vannes, Trégueux, Brest, Morlaix, Quimper, ...)

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité