Consommation d'alcool en Bretagne. Le "binge drinking" plus important qu'au niveau national et en augmentation chez les femmes

Santé publique France vient de publier les données régionales de consommation d'alcool en 2021 et de passages aux urgences en lien direct avec l'alcool en 2023. En Bretagne, la consommation quotidienne d'alcool est en baisse, mais la part des alcoolisations ponctuelles importantes est bien plus élevée qu'au niveau national et a tendance à évoluer défavorablement chez les femmes.

En France, la consommation d’alcool est à l’origine de 41 000 décès par an et comporte de nombreux risques pour la santé, à court et à long terme. Bien que la mise en place de politiques publiques (comme la Loi Evin de 1991) ait entraîné une baisse de la consommation ces dernières décennies, la France présente des niveaux de consommation toujours élevés (au-dessus de la moyenne européenne et des autres pays à l’échelle mondiale selon l’OMS et Eurostat), et certains modes de consommation comme les alcoolisations ponctuelles importantes (API) sont stables voire en augmentation dans certaines régions.

A LIRE AUSSI : Décryptage. Les Bretons sont-ils vraiment les champions de l'alcoolisme ?

Consommation d'alcool quotidienne en baisse 

Ainsi en Bretagne en 2021, selon les derniers chiffres publiés par Santé Publique France, 7,9 % des adultes de 18-75 ans ont déclaré consommer de l’alcool quotidiennement. Cette part des consommateurs quotidiens d’alcool baisse de manière régulière depuis 2005. Cette proportion est très similaire à celle du niveau national (8,0 %).

Pour ce qui est des alcoolisations ponctuelles importantes en revanche, 21,6 % des adultes de 18-75 ans ont déclaré avoir des API mensuelles ; cette part n’a pas évolué depuis 2017 mais elle est plus élevée qu’au niveau national (16,5 %). Si les femmes sont moins touchées que les hommes, cet indicateur connait une évolution défavorable contrairement à leurs homologues masculins.

On note également une tendance bretonne à la prise de risques. En 2021, 26,9 % des adultes de 18 à 75 ans ont déclaré dépasser les repères de consommation, davantage qu’au niveau national (22 %). Ces dépassements touchent davantage les hommes, diminuent avec l’âge avec des jeunes davantage concernés que les personnes plus âgées, et augmentent avec le niveau de revenu.

Moins de passages aux urgences en lien avec l'alcool

Un autre élément était analysé dans ce baromètre récent de Santé Publique France : le nombre de passages aux urgences en lien direct avec l'alcool. En Bretagne, en 2023, 14 425 personnes sont passées aux urgences suite à une consommation excessive d’alcool (soit en moyenne 40 passages quotidiens à l'échelle de la région), alors qu’en 2017, elles étaient 15 100. De manière générale, cette part a tendance à diminuer depuis 2017 à l’exception de 2020 (année atypique en lien avec l’épidémie de Covid-19).

En 2023, ces passages représentaient ainsi 1,7 % des passages aux urgences toutes causes confondues dans la région (contre 1,1 % au niveau de la France entière). Autre information : le taux de passages aux urgences en lien direct avec l’alcool était plus élevé chez les hommes (2,4 %) que chez les femmes (1 %) et il était plus important chez les 46-60 ans (4 %) et les 31-45 ans (3,6 %).

Les départements présentant un taux plus important de passages aux urgences en lien direct avec l’alcool étaient les Côtes d’Armor, le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine pour les deux sexes.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité