Donner vie à un personnage imaginaire en créant son costume et en l'interprétant sur scène, c'est tout l'art du cosplay. Emma, jeune étudiante de 21 ans le pratique depuis désormais sept ans. Au gré de ses envies et inspirations, elle devient une héroïne qu'elle incarne sur scène à l'occasion de concours. Les 16 et 17 décembre prochain, elle sera jurée au Sugoi ! Festival qui doit rassembler les passionnés de Japon à Rennes. 

Quand Emma est devenue Kyoko


À 21 ans, Emma est aussi Kyoko, une cosplayeuse. Le cosplay consiste à endosser le costume d'un personnage animé, souvent issu de série ou de l'univers des jeux vidéo et venir l'interpréter lors de concours, notamment pendant des conventions ou la Japan Expo, l'un des événements les plus connus dans le domaine. 

"Je suis passionnée par le Japon depuis toujours" explique Emma, initiée au collège par une amie qui lui parle justement de la Japan Expo. C'est sa mère Cécilia qui lui fait son premier costume il y a sept ans, celui d'une héroïne du jeu "Final Fantasy XIII " un jeu qui sortait tout juste à l'époque."

Si le costume ou le caractère d'un personnage me plaît ou me ressemble, je me lance


Les personnages d'Emma sont essentiellement féminins. Elle fonctionne au coup de cœur. Dans sa panoplie, on pourra trouver Alice, du manga "Pandora Heart", Ariel la petite sirène, Feunard de Pokemon, Inori de "Guilty Crown", Zelda... Son cosplay évolue avec elle. Elle en a par exemple fini avec "les princesses gnangnan".

Les personnages d'Emma

 

"J'aime beaucoup Feunard"


Feunard (première photo ci-dessus) est l'un des personnages de la série Pokemon, un renard à neuf queues inspiré du "kyūbi no kitsune" que l'on retrouve dans la mythologie japonaise.

J'essaie d'être très près du personnage, le cosplay se rapproche du théâtre


Feunard est l'un des préférés d'Emma : "J'aime incarner des animaux et les humaniser, le gijinka en Japonais. Feunard c'est lié à ma passion de la mythologie japonaise. C'est aussi un personnage assez noble dans l'interprétation. C'est jouer un dieu."



Emma : passion cosplay

 

La naissance de Xayah


Une machine à coudre, et des tutoriels en ligne, plus une bonne dose de patience, c'est le quotidien d'Emma qui ne compte pas ses heures. Sa mère lui a appris le point zig-zag et le point droit. 

Le cosplay c'est du bidouillage 


Depuis elle se débrouille, bricole, colle, recolle, défait : "souvent on fait des erreurs, on recommence, le cosplay c'est beaucoup de bidouillages, il faut faire plein d'essais. Le décalage entre le design et la réalité n'est pas toujours facile." 

Xayah, à droite, nouvelle création d'Emma
Xayah, à droite, nouvelle création d'Emma

La dernière création d'Emma c'est Xayah, au caractère "rebelle et guerrière". Quatre mois de travail qu'elle a présenté à la Coupe de France de cosplay à Toulouse et où elle a remporté le prix coup de cœur de l'un des sponsors.  Les budgets varient pour ses créations, la plus chère lui a coûté 600 euros. 

S'habiller aussi cela prend du temps. Elle confesse en riant "le cosplay c'est un peu de la torture" surtout lorsqu'elle enfile tous ses accessoires, pas toujours confortables comme les pieds/griffes. 


Jurée au Sugoi ! Festival à Rennes


Le week-end du 16 et 17 décembre, Rennes accueillera le Sugoi ! Festival au parc exposition. 15 000 personnes y sont attendues. Emma sera l'une des jurées, pendant les concours de cosplay.  

L'événement, une première à cette échelle dans la région, proposera de nombreuses animations autour du cosplay, avec un défilé et un café cosplay. Les organisateurs annoncent aussi la venue de "stars japonaises" comme les membre du groupe Burnout Syndromes. Des compétitions de jeux vidéo doivent avoir lieu. Les organisateurs comptent faire la part belle à la culture nippone en proposant des expositions, autour de l'animation japonaise qui a fêté ses 100 ans en 2017.