Décryptage: “PSA ne peut concurrencer les Allemands sur les berlines”

Xavier Debontride est journaliste économique, correspondant pour l'Express et la Gazette des Communes. Le site de La Janais a été construit pour 400 000 unités/ans... on a toujours été loin du compte.

Par avec Sylvaine Salliou

On a coutume de dire qu'un emploi direct dans une usine, c'est dix emplois indirects chez les sous-traitants, c'est dire si l'annonce de mesures de réduction de personnel n'est jamais une bonne nouvelle. Or depuis une décénnie le site de La janais, fleuron de la marque dans les trente glorieuse, vit une véritable descente aux enfers.

L'analyse:

Le diagnostic tient en trois points:

- une spécialisation de l'usine sur le haut de gamme qui n'a pas fonctionné faute de modèle attractif.
- une conjoncture auto mondiale très dégradée en raison de la crise qui pénalise les modèles assemblés à Rennes (gamme moyenne supérieure).
- une incertitude forte sur l'avenir du site  en raison des conséquences industrielles du rapprochement PSA/GM, qui rebat les cartes entre les deux constructeurs.
- Malgré tout, le site de la Janais a fait la preuve de sa capacité à rebondir, en pilotant sa restructuration à marche forcée: il s'est  "compacté" de manière spectaculaire pour être plus efficace. Il a su s'adapter de façon remarquable ses dernières années. Cette aptitude des salariés sera peut-être prise en compte par la direction.

DMCloud:765
Xavier Debontride: interview
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus