Éliminé de la Ligue des champions, le Stade Rennais peut encore décrocher son billet pour la Ligue Europa

Après une nouvelle défaite face à Chelsea ce mardi 24 septembre, les Rennais sont éliminés de la Ligue des champions. Mais les Bretons peuvent encore tenter de décrocher leur billet pour la Ligue Europa la semaine prochaine face à Krasnodar.
La joie de Serhou Guirassy suite à son but face à Chelsea le 24 novembre. Les Rennais ont perdu (2-1) à domicile contre les Anglais.
La joie de Serhou Guirassy suite à son but face à Chelsea le 24 novembre. Les Rennais ont perdu (2-1) à domicile contre les Anglais. © Nicolas Creach / MaxPPP
C’est une défaite difficile à encaisser pour le Stade Rennais. Eliminé prématurément de la Ligue des champions pour sa première participation, Rennes a mesuré combien la marche était haute. Mais le club breton peut retrouver une compétition plus à sa portée en février en Ligue Europa, à condition d'aller gagner à Krasnodar la semaine prochaine.

Évidemment, la troisième place de la poule, synonyme de C3, est loin d'être acquise. Les Bretons sont bons derniers de leur groupe E, avec seulement un point et deux buts marqués en quatre matches. Surtout, ils ont perdu de leur superbe du début de saison.

Toutes compétitions confondues, ils viennent d'enchaîner mardi face à Chelsea une sixième défaite (2-1) en sept matches, après avoir dégringolé de la 1re à la 7e place en Ligue 1. Avec 18 points en L1, ils sont même à portée de victoire du 13e, Brest (15 points).
 
Face aux Blues, les Rennais se sont encore sabordés avec deux buts encaissés sur contre-attaques, quelques secondes après que Jérémy Doku puis Clément Grenier ont naïvement perdu la balle bien loin de leur surface.

"On avait parfaitement identifié ça. Sur défense placée, je trouve qu'on a bien court-circuité leur schéma et leurs circuits préférentiels, mais les transitions, c'est plus difficile à contrôler, et malheureusement le match s'est joué là-dessus", a commenté l'entraîneur Julien Stéphan.

"Vous perdez le ballon et but"

Des images de télévision montrent d'ailleurs le défenseur des Blues Kurt Zouma expliquer cela à la fin du match à son coéquipier de sélection Eduardo Camavinga: "Parfois il faut balancer quand vous êtes derrière, nous c'est ce qu'on fait. Quand il y a la pression, vous perdez le ballon et but. A chaque fois c'est comme ça."

Mais les Rennais peuvent remercier l'acharnement des joueurs du Séville FC, qui ont miraculeusement maintenu le total de points de Krasnodar à seulement une unité, comme celui de Rennes, en l'emportant à l'arraché mardi en Russie avec un but dans le temps additionnel (2-1): un éventuel succès en Russie garantirait à Rennes la 3e troisième place, quel que soit ensuite le résultat du dernier match.
 

"Ça nous laisse encore une chance de nous qualifier en Ligue Europa", a commenté mardi soir le défenseur rennais Gerzino Nyamsi. "Il y aura cette finale contre eux. Si on continue sur notre lancée (...), en rectifiant les détails qui nous ont valu la défaite (contre Chelsea), je pense qu'on peut espérer faire quelque chose".

Même si la défaite est logique, les Rennais se sont en effet montrés bien plus à leur avantage que face à Bordeaux quatre jours plus tôt.

"J'attendais un déclic, j'ai vu beaucoup de bonnes choses dans l'utilisation du ballon, dans l'intensité, dans l'agressivité, dans la récupération... On va pouvoir s'appuyer dessus", a salué Stéphan.

"On fait honneur"

"On fait honneur à la Ligue des champions même si on n'a pas beaucoup de points", a-t-il assuré. A l'exception du match à Séville, où les Rennais ont été nettement dominés (défaite 1-0), "il n'y a pas grand chose qui a tourné pour nous mais on a montré de la qualité, avec nos moyens".

Au chapitre des satisfactions, on peut noter le dynamisme du jeune latéral Adrien Truffert, la générosité et la patte de Benjamin Bourigeaud, les savants renversements orchestrés par Steven Nzonzi. Même Nyamsi, un peu juste sur les deux buts, s'est souvent montré propre et solide pour son premier match officiel depuis janvier.

En revanche, les deux jeunes étoiles restent un peu pâlottes: Doku, le transfert le plus cher de l'histoire du club, s'est montré encore très vif et volontaire mais toujours pas décisif. Et Camavinga, de retour de blessure, n'a pas montré ses fulgurances habituelles.

Et si les Rennais peuvent s'enorgueillir d'avoir privé leur ancien gardien Edouard Mendy d'une 8e "clean sheet" en 10 matches sous le maillot de Chelsea, l'attaque bretonne manque encore cruellement d'efficacité. Et pas question d'attendre la semaine prochaine en Russie pour retrouver de l'allant: s'ils veulent avoir une nouvelle chance l'an prochain, les Rennais doivent aussi accrocher au moins la 3e place en championnat. Et pour cela, s'imposer vendredi à Strasbourg.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stade rennais fc football sport ligue des champions