Londres : le patron de la crêperie bretonne verra Chelsea/Rennes à la télé, avec des gars de Lamballe

A Londres, la crêperie bretonne de Camden Town n’a pas eu le plaisir de voir débarquer les supporters rennais comme en 2019, avant le match contre Arsenal. Qu’importe, Thomas le patron verra Chelsea/SRFC à la télé, avec des amis... bretons. En attendant d’être confiné. Demain.  
La crêperie bretonne "Crêpes à la carte" à Londres, le 14 mars 2019, avant le match face Arsenal.
La crêperie bretonne "Crêpes à la carte" à Londres, le 14 mars 2019, avant le match face Arsenal. © GLM/FTV
Le 14 mars 2019, le 112 Kentish Town Road de Londres était devenu le temps du déjeuner "ze" QG des supporters rennais.

Là, à 5 minutes à pied de Camden Town station, Thomas Huet et Eva Le Badezet, les deux gérants bretons de "Crêpes à la carte", originaires de Saint-Barnabé près de Loudéac, avaient mitonné un menu spécial "Stade Rennais" en Ligue Europa, avec "galette saucisse et pinte de bière".

Pendant des heures, les supporters des Rouges et Noirs s’étaient alors retrouvés pour refaire le monde du SRFC, profiter de l’épopée européenne et se chauffer la voix avant de prendre la direction de l’Emirates Stadium. Avec Thomas.  

 


Ce coup-ci, ce sera à la maison, avec des copains... bretons 


18 mois plus tard, malgré la qualification du Stade Rennais en Ligue des champions, les deux patrons de la crêperie bretonne n’auront donc pas eu le bonheur de remettre le couvert.

Cette fois-ci, contraintes sanitaires oblige, il n' y a pas de déplacement de supporters, la match face à Chelsea se joue à huis clos, il n'y aura pas de retrouvailles.   

"Dommage, dit Thomas. C’était tellement sympa la dernière fois. Moi, je serai dans mon appartement devant la télé, avec des copains de Lamballe et St Brieuc, exilés eux aussi à Londres."

"On a regardé les premiers matchs. Bien sûr, Séville c’était compliqué, mais ça permet à Rennes d’apprendre, d'engranger de l’expérience. Et on peut pourquoi pas espérer face à Chelsea. Ici, le Stade Rennais, çà ne dit pas grand-chose à grand monde. Pour les Londoniens, on est un club de seconde zone. C’est pas grave."

"Chelsea en fait, c’est pas trop ma tasse de thé. Entre les clubs de la capitale, je préfère quand même Arsenal, même s’ils nous ont éliminés la dernière fois. C’est un club avec des français, plus près de chez moi, et avec une dimension plus populaire que Chelsea, quartier plus riche de la capitale."  
Eva et Thomas, Crêpes à la carte à Londres, en 2019
Eva et Thomas, Crêpes à la carte à Londres, en 2019 © JM Piron/FTV



A Londres, dernière soirée... avant le confinement


Pendant que Thomas sera devant sa télé avec ses copains, c'est Eva qui va tenir la boutique. Dernière soirée avant le confinement pour "Crêpes à la carte".

"Ici, à Londres, c'est pour demain. Généralement, on a une semaine de retard sur vous, raconte Thomas. Ce soir on espère qu'il y aura du monde. Après, on fera comme pendant la première vague. Ventes à emporter, livraisons à domicile, marchés etc. Mais sincèrement, jusqu'ici, on s’en tire pas trop mal par rapport à d'autres restos. On a une clientèle d’habitués, pas trop de touristes, ou de gens qui travaillent dans les bureaux comme à la City. Alors on verra..."        

Mais ce soir, l'essentiel est ailleurs. A Stamford Bridge. Chelsea/Rennes, c'est à 21 heures. 


 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport stade rennais fc ligue des champions