Maladie de Lyme : le CHU de Rennes s'organise pour lutter contre les maladies vectorielles à tiques

La Haute Autorité de Santé réunit ce mercredi les médecins et infectiologues qui viennent de publier leurs recommandations pour le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme. Le nombre de personnes atteintes par la maladie en France a augmenté de 48% sur un an. 
la Tiquothèque de l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) analyse les tiques en provenance de toute la France.
la Tiquothèque de l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) analyse les tiques en provenance de toute la France. © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

En septembre 2016  la Haute autorité de santé (HAS) lançait un Plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les autres maladies transmissibles par les tiques.

Objectif : accroître et coordonner les recherches scientifiques et organiser une meilleure prise en charge des malades en particulier ceux qui sont porteurs de la maladie de Lyme.
Portrait d'une femme atteinte par la maladie de Lyme ©France 3 Nantes

Ce mercredi 10 juillet l'HAS réunissait les médecins qui ont publié leurs recommandations pour le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme. En quelque sorte une reconnaissance officielle de la maladie de Lyme alors que de nombreux patients se plaignaient ces dernières années de n'être pas pris au sérieux. Mais selon les chiffres disponibles le nombre de cas de maladies de Lyme aurait augmenté de 48% l'an dernier, passant de 67.000 cas diagnostiqués en 2018 en France à 45.000 en 2017.

Le risque pour une personne mordue par une tique est variable d'une région à l'autre (L'Alsace, le Grand Est et le Centre sont les plus à risque) selon l'ASH : "Globalement le risque de transmission à l’homme en cas de piqûre en zone d’endémie est de 1 à 5 %, dépendant du taux d’infestation des tiques". D'autres facteurs interviennent comme les défenses immunitaires de la personne.


Des précisions ont été publiées dans les recommandations de l'ASH en juin 2018 :

En cas de piqûre [extraits] :
Consultation [extraits] :Surveillance [extrait] :  

Le ministère de la santé organise la lutte

Pour répondre aux souffrances des patients et stopper l'errance diagnostique et thérapeutique, l'HAS a désigné 5 centres nationaux de référence dont le CHU de Rennes.  
Panneau d'information en forêt alsacienne
Panneau d'information en forêt alsacienne © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP


La meilleure protection reste la prévention et consiste à se couvrir en particulier quand on se rend en forêt :

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société recherche sciences sorties et loisirs