Procès du ravisseur d'un enfant de 4 ans: un accusé difficile à cerner

© JOSSELIN CLAIR/PHOTOPQR/LE COURRIER DE L'OUEST/MAXPPP
© JOSSELIN CLAIR/PHOTOPQR/LE COURRIER DE L'OUEST/MAXPPP

Cette première journée d'audience a été consacrée à la personnalité de l'accusé: Ahamed A, originaire de Mayotte, arrivé à Rennes en juin 2015. Deux mois plus tard, il enlève un enfant. La question de sa culpabilité demeure sur d'éventuels attouchements sexuels. 

Par MT avec AFP

Ahamed A, 27 ans, est jugé pour l'enlèvement, la séquestration et l'agression sexuelle d'un enfant de 4 ans.
  L'enfant avait disparu l'après-midi du 15 août 2015 après avoir échappé à la vigilance de sa mère, à Rennes. Il était parti "acheter des boissons" avec un homme que sa mère et son oncle ne connaissaient que depuis quelques jours et qu'ils hébergeaient.
"Je reconnais certaines accusations, sauf les attouchements", a déclaré d'une voix grave le jeune homme à la petite barbe noire, à l'ouverture des débats. Interrogé sur les faits d'enlèvement, il a répondu: "je ne le conteste pas".
En présence de la famille du garçon, la cour a longuement cherché à éclaircir le parcours et les déclarations , confuses et contradictoires, de l'accusé aux enquêteurs.
Deuxième d'une fratrie de neuf enfants, Ahamed A, né à Mayotte, est revenu sur l'enfance "difficile" qu'il dit avoir vécu, affirmant avoir
été "maltraité" et "rejeté" par sa mère. A la barre, une enquêtrice sociale a décrit un accusé qui peine à "reconstituer son parcours", pointant une "personnalité immature".
Arrivé sur l'île de la Réunion à l'adolescence et placé en foyer, il est ensuite condamné à 6 mois d'emprisonnement pour des faits de "soustraction d'enfant" en 2014. Il s'était fait passé pour le père de l'enfant que gardait la jeune femme avec qui il entretenait une relation.
Arrivé en métropole le 3 juin 2015, il raconte avoir pris la destination de Rennes "comme ça".


Alerte enlèvement


 Le déclenchement d'une alerte enlèvement avait permis de retrouver l'enfant le 16 août 2015, le lendemain de sa disparition, dans un TGV à Libourne, en Gironde, en compagnie de son kidnappeur.
Ahamed A encourt jusqu'à 30 ans de réclusion. Le verdict est attendu ce vendredi 26 octobre.


Reportage de C Jauneau et B Van Wassenhove - France 3 Bretagne

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus