Le Rennais Yannick Haenel remporte le prix Médicis pour “Tiens ferme ta couronne”

L'écrivain rennais Yannick Haenel à Paris, suite à l'annonce de son prix Médicis pour son roman "Tiens ferme ta couronne" - 9/11/2017 / © AFP - J. Demarthon
L'écrivain rennais Yannick Haenel à Paris, suite à l'annonce de son prix Médicis pour son roman "Tiens ferme ta couronne" - 9/11/2017 / © AFP - J. Demarthon

Finaliste du Grand prix du roman de l'Académie française et du prix Goncourt, Yannick Haenel a remporté jeudi le prix Médicis pour "Tiens ferme ta couronne", un roman déjanté où l'on croise Michael Cimino, la déesse Diane, un dalmatien nommé Sabbat et un maître d'hôtel sosie d'Emmanuel Macron.

Par T.P. avec AFP

Né à Rennes et passé par le lycée Chateaubriant, l'écrivain de 50 ans a été choisi au 4e tour, a annoncé Frédéric Mitterrand, membre du jury Médicis. Quinze romans français étaient en lice pour le prix, le jury n'ayant pas réussi à se réunir pour affiner sa sélection.

En attribuant son prix à "Tiens ferme ta couronne" (Gallimard), le prix Médicis, un des derniers prix littéraires de la saison, a "célébré les noces" entre la littérature et le cinéma.

"J'ai deux passions dans la vie : le cinéma, notamment le cinéma américain et la littérature. J'ai essayé avec ce livre d'assouvir ma cinéphilie avec des phrases", a réagi le romancier


Yannick Haennel à dédié son prix à Anne Wiazemsky, membre du jury du Médicis décédée en octobre. "Comme mon livre porte sur les noces entre le cinéma et la littérature, si quelqu'un l'a incarné merveilleusement c'est elle. Baisers à Anne Wiazemsky", a dit l'écrivain.


Un roman inclassable

"A cette époque, j'étais fou", prévient Jean Deichel, le narrateur (double de l'écrivain) dès la première ligne de "Tiens ferme ta couronne". Les plus fidèles lecteurs de Yannick Haenel auront reconnu une figure familière. C'est ce même Jean dont on entendait la voix dans "Introduction à la mort française" (2001) puis dans "Cercle" (2007), un roman récompensé par le prix Décembre et prix Roger Nimier.

Jean ne va pas bien. Il vit quasi cloîtré dans son appartement de l'est parisien. Surtout, il a sur les bras un scénario de 700 pages sur la vie solitaire de Herman Melville dont aucun producteur ne veut. Selon Jean, seul Michael Cimino, le réalisateur maudit de "Voyage au bout de l'enfer" pourrait adapter son scénario au cinéma. En attendant, Jean regarde en boucle "Apocalypse Now" de Francis Ford Coppola en vidant consciencieusement les alcools de son frigo. Jean finira par rencontrer Michael Cimino à New York. Le cinéaste a les traits d'une femme ? Qu'importe puisque nous baignons dans la fiction. Tout livre de Yannick Haenel est habité par des visions.

Le roman, souvent drôle, devient tragique quand il résonne du fracas des attentats commis à Paris, des images d'otages égorgés par des jihadistes.


Un deuxième prix pour un Rennais

Ce prix intervient trois jours après l'attribution du prix Goncourt à Eric Vuillard, un écrivain vivant à Rennes, pour son récit "L'ordre du jour".



A lire aussi

Sur le même sujet

Brest : sept ministres dont Édouard Philippe attendus ce vendredi

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne