Cet article date de plus de 4 ans

La métamorphose de la gare de Rennes se poursuit

Nouvelle étape dans la métamorphose de la gare de Rennes. Depuis 2014, la gare est en chantier et se transforme en un pôle d'échanges multimodal pour accueillir la LGV. Ce mardi, une pelle "croqueuse" s'attaque à la façade nord en verre. Une page se tourne doucement mais sûrement.
Une pelle "croqueuse" s'attaque à la façade nord de la gare de Rennes
Une pelle "croqueuse" s'attaque à la façade nord de la gare de Rennes © T. Peigné

En janvier dernier, d'importants travaux avaient été réalisés pour la pose du tablier de la future liaison nord-sud

Le ruban piétonnier passe par dessus les voies
Le ruban piétonnier passe par dessus les voies © F3

Destruction de la façade principale

Ce mardi, les travaux de la gare de Rennes entament un nouveau chantier symbolique. Une pelleteuse géante, avec un bras de 30 m, va détruire la façade nord en verre, la plus emblématique de la gare; une entrée par laquelle arrivaient tous les voyageurs venant du centre-ville.

durée de la vidéo: 01 min 45
Travaux dans les gares pour l'arrivée de la LGV

Un pôle d'échanges multimodal

La gare de Rennes poursuit ainsi sa métamorphose pour accueillir la ligne à grande vitesse en juillet 2017. Une LGV qui va permettre de relier Paris à Rennes en 1h27 et Paris à Brest en 3h30, apportant ainsi un gain d'environ 40 minutes vers les principales gares de Bretagne.

Avec l'arrivée de la LGV, Rennes veut se positionner en véritable porte d’entrée du réseau ferroviaire breton. La capacité d’accueil des voyageurs devrait doubler d’ici 2020 avec 128 000 voyageurs par jour contre 63 000 aujourd’hui.

Afin d'accompagner cette évolution, la gare de Rennes se transforme en pôle d’échanges multimodal, répondant aux attentes des voyageurs en matière de mobilité, de confort et de sécurité, ainsi que de services et de commerces. L'objectif est d'interconnecter sur un même site tous les modes de transport : train, métro, bus, vélo, car, voiture et même marche à pied.

##fr3r_https_disabled##
Ce projet s'intègre dans celui du projet urbain EuroRennes qui va donner une toute nouvelle physionomie à ce secteur gare. De nouveaux bâtiments vont sortir de terre et des entreprises vont s'installer : 150 entreprises et 7 000 emplois sont attendus à l'horizon 2020.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports