Stade Rennais : Létang nouveau président du club, se passe de Gourcuff

© Romain Lafabregue et Thomas Bregardis / AFP
© Romain Lafabregue et Thomas Bregardis / AFP

Tout juste intronisé président délégué et manager général de Rennes, Olivier Létang a pris mardi sa première décision forte en limogeant l'entraîneur Christian Gourcuff, qui n'avait de toute façon jamais caché sa défiance vis-à-vis de son nouveau dirigeant.

Par BG avec AFP

Après le président René Ruello qui avait annoncé vendredi soir sa "démission", fortement encouragée par la famille Pinault propriétaire du club, c'est donc Christian Gourcuff qui quitte le navire rennais.

La carrière de Christian Gourcuff à Rennes
Récit : G. Le Morvan / Montage : C. Pierret

Le maigre suspense né de la série de quatre victoires engrangées depuis que les médias avaient annoncé ce bouleversement à la tête des rouges et noirs, il y a trois semaines, n'aura donc tenu qu'une dizaine d'heures. Depuis, le conseil d'administration a intronisé Olivier Létang, nouvel homme fort du club à l'origine du départ du coach, annoncé par une source proche du club.

Lors d'un point presse organisé à la mi-journée mardi, Olivier Létang avait refusé de se prononcer sur l'avenir de Christian Gourcuff, qu'il a vu en fin d'après-midi. Cette entrevue a donc débouché sur un constat d'incompatibilité qui ne faisait guère de doute, le technicien breton voyant en Létang l'incarnation du football globalisé et de l'argent-roi qu'il déteste viscéralement.

Qui pour succéder à Gourcuff ?

Pour l'entraînement délocalisé dans la ville du Rheu, voisine de Rennes, prévu mercredi, c'est un tandem composé de Michel Troin, ancien adjoint de Philippe Montanier et chargé ces derniers mois de superviser les adversaires du Stade Rennais, et de Landry Chauvin, directeur du centre de formation, qui dirigera la séance.

Cela aurait pu, voire dû, être l'entraîneur de la réserve, Julien Stephan, qui connaît bien des jeunes joueurs du groupe pour les avoir eu sous ses ordres en CFA, mais il paye peut-être une trop grande proximité avec l'ancienne direction et certains de ses soutiens.

Le choix du tandem Troin/Chauvin pour assurer l'intérim peut aussi laisser penser que le nom du prochain entraîneur pourrait très prochainement être révélé, mais le club n'a pour le moment donné aucun signe en ce sens.

Les noms de Christophe Galtier et de Gabriel Heinze sont ceux qui reviennent le plus souvent pour succéder durablement à Christian Gourcuff, qui avait pris les commandes de Rennes à l'été 2016 et dont le bilan, avant les trois dernières semaines, était le pire des dix dernières années pour un entraîneur à Rennes.

Létang marque son territoire


Avec cette première décision spectaculaire, Olivier Létang marque clairement son territoire, puisque rien ne semblait presser le club breton à trancher ainsi dans le vif. Pour le reste, M. Létang s'est montré assez évasif sur les objectifs, les moyens ou la méthode qu'il compte employer pour faire retrouver au club, actuellement 10e de Ligue 1 après un début de saison calamiteux, un rang plus en rapport avec ses moyens non négligeables.

"Aujourd'hui, je ne suis pas là pour vous donner la recette miracle et dire comment on va changer les choses", avait-il déclaré lors du point presse. "Compte tenu des performances des dernières saisons, ne comptez par sur moi pour promettre des choses irréalisables. [...] L'idée, c'est de mettre [mon] réseau et [mon] carnet d'adresse" constitué pendant ses cinq années au PSG au service de Rennes, avait-il expliqué, tout en avertissant qu'il ne fallait pas s'attendre à une activité importante au mercato d'hiver.

"On peut corriger un peu cet effectif mais on peut déjà réaliser des choses très intéressantes avec cet effectif", a-t-il jugé.

"Le Stade Rennais n'achètera pas demain des joueurs à 30 millions d'euros", a-t-il également décrété, préférant mettre à l'avenir l'accent sur "le recrutement de jeunes joueurs en post-formation, de 18-19-20-21 ans".

"Pour ça, il va falloir, en termes de recrutement, avoir une organisation très performante" qui sera sans doute l'une de ses priorités immédiates. Autant dire que dans les bureaux du Stade Rennais, quelques têtes risquent encore de tomber dans les prochaines semaines.

Sur le même sujet

Brest : sept ministres dont Édouard Philippe attendus ce vendredi

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne