Stade Rennais. Une compétition européenne à géométrie VARiable ?

Le Stade Rennais quitte la Ligue Europa Conference la tête haute, avec une victoire sur Leicester à domicile 2 à1. Un score qui n'est pas suffisant pour combler le retard acquis à l'aller (2-0). Surtout un second match dans lequel l'arbitrage vidéo, la VAR, aura cruellement manqué.

"Je n’ai pas envie de parler de l’arbitrage, on a vécu une belle soirée". En zone de mixte, Benjamin Bourigeaud digère à peine ce résultat cruel. "C'est frustrant de faire une performance comme celle-là et de ne pas se qualifier" avoue le meneur de jeu du Stade rennais, qui n’aura pas ménagé ses efforts pour rattraper le retard du match aller (2-0 pour Leicester), et "emmener le public avec nous."

C’est lui qui a ouvert le score à la 8ème minute, après un centre à ras de terre de Martin Terrier. Le stade a tellement exulté qu'une barrière de la tribune des Ultras a cédé derrière le but, faisant 12 blessés, dont deux ont été emmenés au CHU voisin.

Chaud bouillant

Autre homme important du match, Dogan Alemdar. Le gardien rennais de 19 ans, titularisé suite à la blessure d’Alfred Gomis, aura résisté à la pression des Anglais, qui réussiront toutefois à égaliser au retour des vestiaires.


Sonnés, les Rennais ont peiné à repartir de l'avant, jusqu'à ce que Flavien Tait, servi par Serhou Guirassy après un impressionnant travail d'Adrien Truffert, ne relance le suspense d'une belle frappe croisée à ras de terre (2-1, 76e).

Le Roazhon Park et ses 27.000 spectateurs ont alors retrouvé de la voix: un seul but supplémentaire pouvait ouvrir la porte de la prolongation.


Mais malgré leurs efforts, les Rennais ont buté sur des Anglais déterminés, à l'image du gardien Kasper Schmeichel, qui a sorti une énorme parade face à Guirassy (85e).

Dans un climat tendu, les Rennais ont réclamé un penalty pour une main d'un défenseur sur le tout dernier coup franc, mais l'arbitre grec Anastasios Sidiropoulos, qui ne bénéficiait pas de l'appui de la VAR à ce stade de la compétition, a sifflé la fin du match dans une certaine confusion.

Géométrie VARiable ?

Si le Stade Rennais peut nourrir des regrets, il n’aura toutefois pas à rougir de cette campagne européenne. "Rennes a une équipe bourrée de talent, on comprend pourquoi ils réussissent si bien en Ligue 1. Bonne chance à eux, j'espère qu'ils se qualifieront pour la Ligue des champions" a salué Brendan Rodgers, le coach de Leicester.

Son homologue, Bruno Genesio, s’il reconnait que son équipe "a manqué un petit peu de maturité" et "d'efficacité", estime également qu’"il nous a manqué la VAR."

"Quand on organise une compétition européenne, on se doit de l'organiser dans les mêmes conditions que les autres compétitions européennes, sinon ça ne sert à rien, il vaut mieux ne pas la faire" a poursuivi l’entraineur.

"Sur les deux matches, on est lésé d'au moins un penalty, ce qui aurait changé beaucoup de choses", a insisté l'entraîneur rennais.


Au match aller, les Rouge et Noir avaient réclamé un penalty pour une main anglaise dans la surface. Jeudi soir, ils ont protesté après un contact sur Birger Meling puis une main sur le tout dernier coup franc.

A Rennes, cette polémique a ravivé des frustrations de ces dernières saisons. Les Rennais avaient ainsi mal digéré les deux penalties accordés à Chelsea, avec en prime un carton rouge pour le Brésilien Dalbert, pour deux mains litigieuses dans la surface en Ligue des champions l'an dernier.

"Je ne veux pas accabler l'arbitre, même si je pense qu'à un moment, ça va un peu trop dans le même sens pour que ça ne soit que le hasard", a insisté Genesio. "Peut-être que Rennes est un club moins attrayant pour un quart de finale que Leicester".

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité