Vols de matériel de professionnels en bâtiment en Bretagne et d'autres régions : cinq mises en examen

Des professionnels du bâtiment se faisaient voler leur matériel / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
Des professionnels du bâtiment se faisaient voler leur matériel / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Cinq personnes de la région parisienne ont été mises en examen jeudi à Rennes dans le cadre d'une enquête sur plus de 250 vols d'outillage dans des véhicules appartenant à des professionnels du bâtiment dans plusieurs régions de France, a-t-on appris vendredi auprès du parquet.

Par AFP


Cinq personnes ont été interpellées lundi 1er avril. Elles sont soupçonnées de "vols en bande organisée d'outillage électroportatif, recels en bande organisée de ces vols et association de malfaiteurs". Elles ont été placées en détention provisoire, précise le parquet de Rennes dans un communiqué. "Originaires de Seine-Saint-Denis et de la Seine-et-Marne, les voleurs organisaient au départ de la région parisienne vers la province des périples nocturnes de plusieurs centaines de kilomètres, plusieurs fois par semaine, et les receleurs écoulaient très rapidement le matériel sur des marchés de la région parisienne ou d'autres brocantes plus ponctuelles", selon cette même source.


Des vols dans plusieurs régions


Les investigations, dirigées par la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes, ont été menées par la section de recherches de Versailles cosaisie avec l'Office central de Lutte contre la Délinquance Itinérante ainsi que les groupements de Gendarmerie de l'Ille-et-Vilaine et du Calvados. Les vols de matériel se déroulaient dans les véhicules des artisans et professionnels du bâtiment, depuis l'été 2018, dans les régions Bretagne, Normandie, Pays de la Loire, Centre-Val-de-Loire, Grand Est, et Hauts-de-France.


500 000 euros de préjudice


Le préjudice est évalué à 500 000 euros. Les perquisitions de domiciles et sites de stockage ont "permis la découverte de plusieurs centaines de coffrets d'outils professionnels dérobés, ainsi que de plusieurs milliers d'euros en espèce", précise le parquet.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Milio Latimier : « Ma destinée était de vivre dans un environnement brittophone »

Les + Lus