Saint-Malo : un lieu pour des vacances et une vie plus solidaires

C’est un grand bâtiment, à 200 mètres de la plage. Au milieu des belles maisons bourgeoises, l'antenne malouine du réseau "Ethic Etapes" accueille des personnes de tous les âges et de tous les horizons, qui peuvent le temps des vacances ou d’un stage, se retrouver ou se découvrir.  
Le centre Varangot à Saint-Malo pour des vacances solidaires
Le centre Varangot à Saint-Malo pour des vacances solidaires © J. Jeunemaitre/FTV

"Salut frangin"... Ce matin-là, après une première semaine de vacances, Isabelle et Thierry se sont installés pour écrire leurs cartes postales. Les soirées, les crêpes au chocolat, la carte est bientôt trop petite ! Ils ont tous les deux le sourire.

Ils arrivent de Vaux-en-Velin, et font partie d’un séjour organisé par l’Association des Paralysés de France : ils sont six vacanciers et six accompagnants.

Un lieu très accessible

"Ce qui est bien, sourit Anne-Claire Tessier, la responsable du séjour, c’est que le lieu est très accessible, adapté au handicap, mais surtout, qu’il y a plein de rencontres possibles avec des gens que l’on n’aurait jamais pu croiser ailleurs, c’est une vraie chance pour nous."

Le centre a été créé en 1955 par l’Abbé Varangot. A l’époque, il fallait accueillir les jeunes gens qui reconstruisaient la ville de Saint-Malo détruite par les bombardements.

Aujourd’hui, il est géré par l'association Ty al Levenez et compte 280 lits : une résidence habitat de 84 logements pour les jeunes actifs, en formation ou en stage, et un centre d’hébergement qui s’adresse à tous et toutes, jeunes et moins jeunes, vacanciers en familles, groupe de sportifs, personnes en situation de handicap. "L’objectif est de favoriser les rencontres, les échanges, la mixité, dans un esprit d’ouverture, de tolérance et de solidarité "explique Corinne Alonzi, la directrice de l’établissement.

Dans sa chambre, Valentin entame une partie de cartes avec ses copains. Il vit, là, à l’année. "Avant le grand plongeon dans la vie d’adulte, c’est un petit tremplin, où on est accompagné témoigne le jeune homme, c’est plus facile et moins angoissant qu’un appartement".

La magie des rencontres

"Ce qui fait le charme du lieu, souligne la directrice, c’est l’inattendu, ces rencontres improbables entre deux mondes qui se mettent à se parler, essayent de se comprendre. " Un jeune stagiaire breton qui papote avec des cyclistes du midi, des randonneurs qui déjeunent à côté d’une classe découverte. Au restaurant associatif ou sur le terrain de sport, chaque moment doit faciliter les échanges.

"La semaine dernière, confirme Thierry, il y avait une chorale. Tout un groupe qui était venu là pour chanter, on a été les écouter, et puis on a croisé des personnes aveugles, c'était chouette. Les gens ici prennent vraiment soin de nous."

Les prix aussi doivent être accessibles

Le lieu est accessible pour tous les handicaps. Il l’est aussi financièrement, "c’est le principe même du tourisme accessible à tous" insiste Corinne Alonzi. Sur le site internet du centre, les vacanciers peuvent trouver des chambres à partir de 26 euros 80 pour une personne seule, à 39 euros en demi-pension pour celles qui voyagent en groupe.

En France, aujourd’hui, il existe 45 centres d’hébergements éthic étapes, pour voyager autrement parce que les plus belles rencontres ne se font pas forcément au bout du monde.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vacances sorties et loisirs solidarité société