5 bonnes raisons d'aller à Quai des Bulles!

Quai des bulles 2013 / © Quai des bulles
Quai des bulles 2013 / © Quai des bulles

Les 25, 26 et 27 octobre, chasseurs de dédicaces et autres passionnés du 9ème art ont rendez-vous à Saint-Malo pour la 33ème édition de son festival de la bande dessinée et de l'image projetée. Si vous vous n'aviez pas prévu d'y aller, voilà pour vous cinq bonnes raisons de changer d'avis.

Par Eric Nedjar

Après Angoulème, Quai des Bulles s'impose comme le deuxième salon de bande dessinée en France. Expositions, animations, rencontres et dédicaces, autant vous le dire tout de suite : en trois jours vous ne pourrez pas tout voir ni tout faire.  Nous vous avons donc concocté cette petite sélection, 5 bonnes raisons de ne pas manquer ce rendez-vous de la BD.

1 / Expo Gotlib : l'effet coccinelle

On connaissait "l'effet papillon", et bien voilà "l'effet coccinelle"; qui selon les créateurs de cette exposition déclenchent de vrais tempêtes de rire.
Conçue par les organisateurs de Quai des bulles et consacrée à l'oeuvre de Marcel Gotlib, il s'agit là d'un vrai défi tant celle-ci est impressionnante. De Nanar et Jujute à Rhâââ Lovely, les Dingodossiers (avec Goscinny), la Rubriques à brac ou Superdupont, tout y passe, en long en large et en traviolle.

Le festival, qui s'appuie sur une programmation de la Ville de Saint-Malo, s'est rarement autant investi pour mettre en avant et avec autant de moyens, l'un des maîtres du 9ème art. Il y a toutefois un précédent, en 2009, avec une expo Uderzo. Ils n'ont pas eu à le regretter: ouverte de juin à septembre, l'expo avait passé la barre des 14 000 visiteurs.


 / © Gotlib : L'effet coccinelle - Quai des bulles
/ © Gotlib : L'effet coccinelle - Quai des bulles


2 / A l'affiche : Emmanuel Lepage

Cette année encore, le nombre d'auteurs invités est impressionnant. 570 ! Cela représenterait  le tiers de la profession. Alors comment avec tout ça en privilégier un, un seul ? En s'appuyant sur le fait que Quai des bulles décerne chaque année un grand prix (le prix de l'affiche) et que ce prix c'est Emmanuel Lepage qui l' emportait l'année dernière. Dessinateur et auteur d' une oeuvre importante Emmanuel Lepage est aussi un grand voyageur. Son dernier ouvrage, "Un printemps à Tchenobyl"  publié chez Futuropolis en 2012 est le fruit d'une plongée en Ukraine, 22 années après la catastrophe.
Emmanuel le page avait donné un atelier-conférence l'année dernière à la prison de Saint-Malo.
Emmanuel Lepage à la prison de Saint-Brieuc

3 / Les dessinateurs au placard !

Quai des bulles c'est aussi toute une série d'animations et de spectacles parmi lesquels la très sérieuse machine à dédicaces. Un vrai robot dans le style "grille pain du futur"  capable de dessiner ! Conçues par les équipes techniques du festival, elle a été imaginée et fabriquée nous explique-t-on pour venir en aide aux dessinateurs qui ont de plus en plus de mal à faire face à une affluence croissante du public...Les oiseaux de mauvaise augure eux y voient les prémices d'un salon entièrement automatisé...
Une invention quai des bulles : la machine à dédicaces / © Nicoby/Quai des bulles
Une invention quai des bulles : la machine à dédicaces / © Nicoby/Quai des bulles


4 / Conte à bulles

Depuis 1996, sur la scène de l'auditorium du Palais du Grand Large, un conteur, un musicien et un dessinateur se retrouve pour un spectacle unique et éphémère. Cette année Nicoby (27 octobre), Christian Rossi (28 octobre) et Benjamin Flao (29 octobre) illustreront en direct les histoires d'Alain Le Goff accompagné en direct par la harpiste Mandragor.

5 / Le bonheur est à Saint-Malo

De simple festival de bande dessinée, "Quai des bulles" est devenu en 1992 festival de la bande dessinée et de l'image projetée, s'ouvrant ainsi au cinéma. Cette année le thème choisi est : "Que du bonheur". Ainsi chaque jour, entre deux dédicaces, expositions et autres rencontres, vous serez donc autorisés à vous assoir, le temps d'une projection, dans l'auditorium Chateaubriant, pour découvrir l'un des 7 longs métrages sélectionnés.







A lire aussi

Sur le même sujet

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus