VIDÉO. Meurtri par les intempéries, avec un mur effondré, le moulin de Quinard en bord de Rance en manque d'entretien

durée de la vidéo : 00h02mn15s
Les intempéries de ces derniers jours ont fait s'écrouler une partie de la façade du moulin de Quinard. Un bâtiment emblématique des bords de Rance fragilisé depuis plusieurs années en raison de l'absence de rénovation. ©A. Calvez - L. Sombret / FTV

Sa silhouette si emblématique est écornée. Le moulin de Quinard a perdu une partie de sa façade dans le coup de vent du début de semaine. Ce bâtiment se dresse en bord de Rance et annonce le pays malouin lorsque vous êtes sur la quatre voies entre Rennes et Saint-Malo. Il nécessite en urgence de gros travaux d'entretien. La commune attend des actions de la part des propriétaires.

Si vous circulez sur la quatre voies entre Rennes et Saint-Malo, vous ne pouvez pas faire autrement que de voir le moulin de Quinard. Emblématique par sa présence imposante en bord de Rance et non loin de la D137, ce moulin à blé attire encore plus l'attention depuis quelques jours.

En effet, suite au coup de vent de dimanche et lundi dernier, il a perdu une partie de sa façade, un des murs principaux s'étant en grande partie effondré.

À LIRE : Coup de vent en Bretagne. Des rafales jusqu'à 129 km/h et des trains à l'arrêt

Pour les habitants de Saint-Jouan-les Guérets, la commune sur laquelle se situe le moulin à marée en schiste de quatre étages, la vue du bâtiment éventrée est un choc.  

Ça fait un petit choc parce que quand on rentre du boulot, ou que l'on va chercher les enfants, on donne toujours un petit coup d'œil au moulin en passant par la quatre voies. Donc ça fait drôle.

Sylvain Rigourd,

habitant de Saint-Jouan-des-Guérets (35)

Laissé à l'abandon

Mais l'effondrement de ce mur ne surprend pas trop les riverains. Depuis plusieurs années, le moulin était laissé à l'abandon et présentait déjà des fragilités. Une partie de l'édifice est détenue par trois frères, le reste par les services de l'État. Mais le respect des règles environnementales et le coût des travaux compliquent la rénovation.

Marie-France Ferret, la maire de Saint-Jouan-des-Guérets, souhaite que les différents propriétaires trouvent un terrain d'entente. Mais avant même ce volet de la restauration, se pose en urgence la question de la mise en sécurité du bâtiment : "Est-ce que le moulin va continuer de s'écrouler ? Est-ce qu'il faut l'accompagner pour qu'une partie soit préservée et est-ce que la toiture ne va pas s'envoler ? On a vraiment besoin de se mettre autour de la table assez rapidement." 

Un moulin à marée du 19e siècle

Grâce à la force des marées, le moulin de Quinard produisait de la farine qui était acheminée vers les villes côtières et Dinan. 15 moulins se situent au bord de la Rance et celui-ci était le plus grand. Fin du 19e, y fut installé une machine à vapeur afin de relayer l’énergie marémotrice. Le moulin a cessé son activité en 1925, 40 ans seulement après des travaux d’agrandissement.

Parmi les autres moulins de la Rance, le moulin de Beauchet a été l'objet d'une restauration. À l'inverse de celui de Quinard, une association et un propriétaire ont levé des fonds pour le maintenir en état. Plusieurs dizaines d'années de travaux ont été nécessaires.

La commune de Saint-Jouan-les-Guérets espère que le moulin de Quinard va tenir debout le temps qu'une solution soit trouvée entre les deux propriétaires.