Insultes racistes : un conseil de discipline demande la révocation de trois policiers

Un conseil de discipline organisé mardi à Rennes a réclamé à l'unanimité la révocation de trois policiers rouennais convoqués pour avoir tenu des propos racistes sur WhatsApp en décembre 2019, a-t-on appris de source syndicale et de source proche du dossier.

© DENIS CHARLET / AFP

La révocation des trois policiers a été réclamée par le conseil de discipline. Cet avis de la Commission administrative paritaire interdépartementale (Capi), saisie après une enquête disciplinaire de la Direction départementale de la sécurité publique, est consultatif, a précisé le syndicat Alliance d'Ille-et-Vilaine. 
Cette commission de discipline s'est tenue à Rennes parce que la direction de la police nationale pour la zone Grand Ouest, à laquelle appartient Rouen, s'y trouve.

Il revient à présent au Bureau des affaires disciplinaires, situé à Paris, de confirmer ou d'infirmer cette proposition de sanction. Une Commission consultative paritaire zonale (CCPZ) doit rendre son avis, jeudi, sur le cas de deux adjoints de sécurité également mis en cause.

Selon, David Leveau, secrétaire régional Unité - SGP Police FO, "si la révocation a été demandée, c'est que le dossier était très lourd, car c'est très rare. Et si les faits sont avérés, ces personnes n'ont rien à faire au sein de la police. Il faut faire le ménage pour ne plus laisser place à la suspicion dont nous sommes l'objet sur ces questions." ajoute t-il.  

La cible de propos racistes

 
L'affaire a démarré à la fin de l'année 2019, lorsqu'un policier noir rouannais, affecté à l'Unité d'assistance administrative et judiciaire, alerte sa hiérarchie puis porte plainte contre six de ses collègues de Rouen après avoir découvert qu'il était la cible de propos racistes de leur part dans un groupe WhatsApp.
 


Enquête de l'IGPN ouverte

Une enquête préliminaire a également été ouverte, et l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) saisie "du chef de diverses infractions, notamment diffamation non publique aggravée et provocation non publique à la discrimination", avait indiqué le procureur de la République Pascal Prache en janvier 2020. Début juin, Arte Radio a diffusé les propos de ces policiers, redonnant de l'écho à cette affaire au moment où la police est accusée de violences et de racisme.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité justice
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter