Jardinage : comment se procurer des plants de légumes en respectant les règles du confinement ?

À Guichen - Ille-et-Vilaine - ce samedi, les clients respectent les distances. Ils repartent avec des plants de salades, pommes de terre et fraisiers. / © Marc-André Mouchère / France 3 Bretagne
À Guichen - Ille-et-Vilaine - ce samedi, les clients respectent les distances. Ils repartent avec des plants de salades, pommes de terre et fraisiers. / © Marc-André Mouchère / France 3 Bretagne

Depuis les arrêtés des 14 &15 mars instituant les règles d’ouverture et de fréquentations des commerces, il était devenu compliqué de trouver ne serait-ce qu’un plant de salade. En réalité c’est encore possible de se fournir auprès de certains commerces.
 

Par Marc-André Mouchère


Le printemps est toujours attendu par tout le monde pour son rayon de soleil mais les jardiniers sont dans les starting-blocks ; ils savent qu’il ne faut jamais se laisser déborder et profiter des fenêtres météos favorables. On a donc désherbé, enrichi et préparé sa terre durant l’hiver et bien paillé ses plates-bandes pour accueillir semences et plants de légumes.


Pendant le confinement, le cycle des saisons suit son cours


Après les fortes pluies du mois dernier, la terre s’est enfin ressuyée au soleil et sa température remonte. Il est temps de planter fèves et petits pois, de renouveler les plants de fraisiers ou bien de repiquer ses premières salades.

Seulement voilà. Cette année, impossible d’aller flâner dans les allées des jardineries pour se fournir le nécessaire. Fermeture sanitaire oblige.

Tout juste découvre-t-on quelques sacs de terreau en sortie de supermarché et si on a de la chance, quelques plants de fraisiers ou de pommes de terre précoces au rayon des semences et tuyaux d’arrosage.

Il y a encore la solution de passer commande sur un des sites historiques de ventes par correspondance, mais on n'est pas très sûr des délais de livraison.
 

Certaines jardineries épargnées


En cause : les arrêtés des 14 et 15 mars qui précisent au plan national, la liste des établissements qui peuvent rester ouverts au public. Une part de la réponse est au beau milieu de cette liste mais il faut un peu la chercher :
  • Commerce de détail d'aliments et fournitures pour les animaux de compagnie.
Voilà c’est tout. Mais cela permet à de nombreuses jardineries qui font aussi animalerie de fournir les précieux plants de légumes.
 

Les hypermarchés privilégiés?

C'est vrai qu'on trouve presque tout l'outillage de base dans les rayons des hypers. Des graines en sachets aussi (légumes, herbes aromatiques, fleurs annuelles...) et parfois des plants de légumes, des cagettes de plants de pommes de terre, ou des semis d'oignons... mais ils ont souvent été dévalisés aujourd'hui.

Il n’y avait donc aucune raison de pouvoir faire l’achats de plants de groseilles ou de fraisiers au supermarché et de l’interdire dans une animalerie dont l'autre spécialité est le jardinage.
 

Le point sur la réglementation


Ceux qui cherchent le fin mot de cette réglementation ont beau consulter le site gouvernement.fr/info-coronavirus avec ses questions-réponses , il n'est pas précis sur ce point à part sur le droit ou non d'accéder à son jardin :
© Questions-réponses sur le site gouvernement.fr/info-coronavirus
© Questions-réponses sur le site gouvernement.fr/info-coronavirus
 

Réglementation concernant les jardineries et pépiniéristes

La préfecture du Morbihan a communiqué à la presse les précisions qu'attendaient professionnels et jardinier amateurs.

Pour les activités professionnelles agricoles

La commercialisation des semences et plants, fournitures nécessaires aux exploitations agricoles, mentionnées à l’annexe du décret n°2020-293 du 23 mars 2020) est autorisée.


Pour les particuliers

Est autorisée également la commercialisation des plants à visée alimentaire (légumes, petits fruits, plantes aromatiques) sous divers modes :
  • - dans les rayons des jardineries actuellement ouvertes au titre des activités autorisées par le décret du 23 mars 2020 (fourniture nécessaire aux exploitations agricoles, commerce d’aliments et de fournitures pour animaux de compagnie…)
     
  • - via des dispositifs de retrait de commande et/ou des services de livraison à domicile mis en place par les jardineries, qu’elles soient actuellement ouvertes ou fermées.


Par ailleurs, le préfet du Morbihan rappelle que le strict respect des consignes sanitaires doit être observé sur l’ensemble des activités, qu’il s’agisse de l’accès aux marchés et aux commerces, du retrait de commandes, des livraisons ou de la vente sur le lieu de production.


Rappelons aussi pour les professionnels de la vente en jardinerie et pépinières que sont autorisés :
- les dispositifs de retrait de commande
- les services de livraison à domicile mis en place par les jardineries, qu’elles soient ouvertes ou fermées ;
- la vente directe par les pépiniéristes sur le lieu de production, sous réserve de la prise de rendez-vous préalable entre client et producteur.


Le préfet rappelle que le strict respect des consignes sanitaires doit être observé sur l’ensemble des activités, qu’il s’agisse de l’accès aux marchés et aux commerces, du retrait de commandes, des livraisons ou de la vente sur le lieu de production.


Exemple en Loire-atlantique de commerces de plants de légumes

Un reportage de Anthony Brulez et David Jouillat,
montage Sophie Boismain

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus