Jeune femme mortellement fauchée par une voiture de police à Rennes : le procès des deux policiers débute ce mardi

En janvier dernier, deux piétons étaient renversés par une voiture de police. L'une des victimes est décédée. L'audience des deux policiers impliqués dans l'affaire doit se tenir ce mardi 20 octobre devant le tribunal correctionnel de Rennes.
Passage piéton du passage de la Chapelle-Boby au niveau du pont de Châteaudun, lieu de l'accident - Rennes
Passage piéton du passage de la Chapelle-Boby au niveau du pont de Châteaudun, lieu de l'accident - Rennes © B.Thibaut - FranceTV
Deux piétons, un homme et une femme, avaient été renversés sur un passage piéton par un véhicule de police dans la nuit du 8 au 9 janvier dernier. L'homme était grièvement blessé, et la jeune femme, âgée de 21 ans, avait succombé au choc. Les premiers éléments de l'enquête avaient révélé que seuls les avertisseurs lumineux avaient été activé. Une enquête de l'IGPN avait été ouverte pour éclaicir les circonstances de l'accident.


Les deux policiers convoqués devant le tribunal correctionnel de Rennes


Après l'enquête, le procureur de la République de Rennes avait "décidé d'engager des poursuites par citation directe pour homicide involontaire et blessures involontaires par imprudence contre les deux gardiens de la paix. Le conducteur en regard de la vitesse excessive. Et le chef de bord en regard du non usage du 'deux tons' sur une zone dangereuse".
 

La famille dans l'attente de la vérité et d'une sanction


Du côté de la famille de Maëva, la jeune femme décédée, Maître Erwan Prigent souligne qu’ils sont très en attente de cette audience. Elle devait avoir lieu en août et a finalement été reportée ce 20 octobre. "Ce sont des gens bouleversés et anéantis qui se remettent très difficilement. Ils sont vraiment accablés. Ils attendent une vérité et une sanction judiciaire, ils veulent savoir comment leur fille est morte, même si on a déjà quelques éléments". 
 

L'avocat des policiers plaidera la relaxe


Maître Frédéric Birrien est l’avocat des deux policiers mis en cause: "Ils sont très affectés par ce qui s’est passé. Le conducteur du véhicule a même demandé sa mutation dans un autre commissariat, sur un autre territoire" indique-t-il. L’avocat compte plaider la relaxe car "il n’y a pas de violation délibérée d’enfreindre les règles".

Les deux hommes encourent 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice accident faits divers police société sécurité