• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le schéma éolien breton annulé

Champ éolien de Plouvien (29) / © France 3
Champ éolien de Plouvien (29) / © France 3

Le schéma éolien régional vient d'être retoqué par le tribunal administratif de Rennes pour une erreur de droit. Une victoire pour les 24 associations et fédérations de défense de l'environnement qui avaient déposé un recours en annulation en mars 2013

Par M.V. avec AFP

Le tribunal administratif de Rennes a finalement donné raison aux opposants au schéma régional éolien (SRE). Vendredi 23 octobre il a donc considéré qu'il y avait bel et bien une erreur de droit dans le SRE approuvé par arrêté préfectoral à l'automne 2012. Dans sa décision le tribunal administratif reproche à ses promoteurs de ne pas suffisamment étayer leur choix de considérer "que l'ensemble de la région a vocation à constituer une zone favorable pour le développement de l'éolien".  


Une forte mobilisation citoyenne

Au total ce sont 24 associations et fédérations de défense de l'environnement qui menaient la bataille juridique depuis mars 2013. Ces opposants estimaient que le SRE proposé par l'Etat et la région donnait la part belle aux industriels de l'éolien et ne définissait pas suffisamment les zones à préserver et les zones incompatibles avec la présence d'éoliennes en raison de leur caractère exceptionnel. En effet, hormis un vaste périmètre autour du Mont Saint-Michel, ce SRE n'interdisait pas l'implantation d'éoliennes dans de nombreux paysages emblématiques de la Bretagne comme les Monts d'Arrée, les mégalithes de Carnac ou le cap Fréhel, par exemple, au mépris du Code de l'environnement et de la loi Grenelle 2.
Après le rapporteur public c'est donc le tribunal qui leur a donc donné raison.

Objectif : 2500 éoliennes en Bretagne 

Le SRE prévoyait l'implantation, d'ici à 2020, sur le territoire breton, de 2.500 éoliennes pour atteindre une production de 2.500 mégawatts, soit environ un dixième de la consommation annuelle d'électricité dans la région.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus