• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ligue 1 - Rennes-Bordeaux: La crise ? Quelle crise ?

Christian Gourcuff / © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Christian Gourcuff / © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Crise de management contre crise de résultats ? Rennes et Bordeaux, qui s'affrontent vendredi en ouverture de la 12e journée de Ligue 1, balancent entre méthode Coué et assurance tranquille pour croire à l'arrivée imminente de jours meilleurs.

Par S.Salliou (avec AFP)

Si l'avenir à la tête du club breton du président René Ruello et de l'entraîneur Christian Gourcuff a viré au feuilleton, les trois victoires toutes compétitions confondues alignées par Rennes, pour vilaines qu'elles furent, constituent un rebondissement des plus surprenants.

"Ce qui a changé ? Une part de réussite, un but qu'on marque, un qu'on ne prend pas...", a relativisé un Christian Gourcuff pragmatique devant les six points pris en deux journées, soit autant qu'en neuf matches avant cela. "La confiance s'était effritée avec nos résultats difficiles. Elle se reconstruit", a glissé l'ancien coach de Lorient, qui admet toutefois qu'il reste encore à la "recherche d'une assise défensive qu'on avait l'année dernière".

L'entraîneur de Rennes a aussi salué le rôle des jeunes dans ce renouveau automnal: "Léa-Siliki, Hunou, Brandon et Gélin apportent leur plus, leur fraîcheur, leur envie. Brandon a beaucoup de générosité, de niaque... Et il est comme ces jeunes qui n'étaient pas responsables de ce début de saison et qui ont donc apporté cette fraîcheur".

Rien n'est réglé



"Il n'y a pas vraiment eu de déclencheur, on n'a pas lâché surtout (...) Après, tout ce qui se passe en dehors ne nous concerne pas... On est vraiment restés concentrés", a assuré de son côté le capitaine Benjamin André. Mais signe que tout n'est pas réglé en coulisse, loin de là, l'avenir de Christian Gourcuff, sous contrat jusqu'en 2019, est de nouveau revenu jeudi sur le tapis, avec une direction de club qui pourrait changer dans les tout prochains jours. "Dans le fond, il n'y a rien de changé. Avoir gagné trois matches ne change pas la donne: ou je travaille bien ou je ne travaille pas bien ! Je n'ai pas changé de méthodes, de philosophie", a-t-il martelé, inflexible.
"Je suis venu pour un projet de club, de développement, pas pour avoir un poste. Si le projet ne correspond plus, cela coulera de source que ma présence sera caduque", a-t-il encore asséné.


Et Bordeaux?



Du côté des Girondins, on préfère relativiser la mauvaise passe actuelle tout en étant conscient de sa portée. "On est en manque de résultats, ce n'est pas conforme à ce que l'on veut", reconnaît l'entraîneur Jocelyn Gourvennec. Sur les trois revers concédés lors des quatre dernières journées, les deux premiers l'ont été contre des adversaires qui ne réussissent pas à ses hommes depuis son arrivée sur les bords de la Garonne, Paris SG (2-6) et Monaco (0-2). Briser cette spirale négative passera nécessairement par une prise de points en Bretagne, à condition selon Gourvennec "d'être plus spontané, plus fluide dans les 30 derniers mètres, que les joueurs se fassent confiance, qu'ils prennent leur destin en mains et qu'ils ne laissent pas les événements extérieurs guider les choses. Ça passe par là". Quitte à "gagner moche". 

Sur le même sujet

Interview d'André Ollivro

Les + Lus