Un Mathurin Méheut et une robe de mariée du 19e : l'âme bretonne aux enchères à Brest

Depuis 17 ans, la maison Adjug'art réalise une vente annuelle consacrée à la culture bretonne. Ce dimanche après-midi, 380 objets sont à saisir, dont un tableau de Mathurin Méheut qui vient d'être vendu 23500 euros et une tenue de mariée de 150 ans quasi-neuve, adjugée au double de son estimation !

"Le Pardon de Notre-Dame de la Joie en Pays bigouden", tableau de 1925 de Mathurin Méheut est estimé entre 20 000 et 25 000 euros.
"Le Pardon de Notre-Dame de la Joie en Pays bigouden", tableau de 1925 de Mathurin Méheut est estimé entre 20 000 et 25 000 euros.
"Elle est dans un état de conservation exceptionnelle. Elle n'a jamais vu la lumière". Me Yves Cosquéric, commissaire-priseur de la société Adjug'art à Brest, ne tarit pas d'éloges devant cette tenue de mariée des années 1870, portée sans doute une seule fois le jour de son  mariage par la fille d'une ferme cossue du Porzay.
 
Cette tenue de mariée du Porzay a traversé 150 ans d'histoire en parfait état. Elle est estimée entre 3000 et 4000 euros.
Cette tenue de mariée du Porzay a traversé 150 ans d'histoire en parfait état. Elle est estimée entre 3000 et 4000 euros.


"Cette tenue est typique du secteur de Kerlaz, Sainte-Anne la Palud" précise Me Cosquéric. Elle comprend notamment une jupe et un bustier en drap de laine noire et une coiffe en dentelle. Elle est richement brodée de perles de verre argentées. Elle est restée comme neuve. Estimée cent cinquante ans après la noce, entre 3000 et 4000 euros, elle s'est envolée au double de l'estimation haute 8000 euros. "C'est un beau prix. Cet objet exceptionnel le méritait", commente le commissaire-priseur.

Une rare étoffe qui ne rivalisera pas malgré tout avec "Le Pardon de Notre Dame de la Joie en Pays bigouden". Ce grand tableau en deux panneaux réunis de Mathurin Méheut estimé entre 20 000 et 25 000 euros a été vendu cet après-midi 23500 euros (soit près de 30 000 euros en comptant les 24% de frais de vente). Il est peint en 1925 à la demande de Marie-Anne Le Minor. Il servira en 1947 à illustrer l'ouvrage "Broderies en Bretagne" de l'écrivain Jean de la Varende.

Depuis 17 ans, Adjug'art, en collaboration désormais avec Me Tiphaine Le Grignou, de Quimper, bâtit une sélection d'œuvres "qui ont du sens" et qui chaque mois de juillet constituent la vente "Ame bretonne". Outre les pièces majeures, tableaux et costumes, des lots plus modestes, en faïence ou en bois, démarrent à 10 euros. La vente se fait principalement en ligne, la présence dans la salle des ventes étant limitée à 40 personnes par mesure sanitaire. Toutes les places ont déjà trouvé preneur. La vente se poursuit jusqu'à ce soir.

Vente L'âme bretonne XVIIème édition. Dimanche 26 juillet, 14h15 à Brest

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture culture régionale économie art
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter