Après l'hécatombe de poissons morts dans le Golfe de Gascogne: l'ONG Sea Shepherd porte plainte

Publié le
Écrit par GLM avec AFP

L'ONG Sea Shepherd a déposé une plainte à Lorient contre le navire Margiris pour non-respect de l'obligation de débarquement d'espèces capturées. Le navire a déclaré un incident de pêche ayant conduit au rejet de dizaines de milliers de poissons morts dans le Golfe de Gascogne.

La plainte a été déposée à Lorient, a précisé Sea Shepherd. "Nous leur avons donné différents éléments sur ce que nous avons pu constater sur place", a précisé Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France. L'ONG a filmé et photographié jeudi 3 février un immense banc de merlans bleus morts flottant dans le golfe de Gascogne au large de La Rochelle.

"Quand certains navires capturent une très grande quantité de poissons à très faible valeur marchande, comme le merlan bleu, ils les rejettent pour faire de la place à plus forte valeur ajoutée, ce qui est strictement illégal", indique Lamya Essemlali.

"Rupture de chalut..." 

L'association européenne des chalutiers congélateurs pélagiques (PFA) a expliqué ce rejet, déclaré par le navire usine aux autorités compétentes, par une densité "substantielle et inhabituelle dans cette zone, du banc de poissons ciblé" qui a entraîné une rupture du chalut.

La ministre de la Mer Annick Girardin a annoncé avoir demandé l'ouverture d'une enquête administrative. Elle a également précisé que l'accident avait été déclaré dans le journal de bord du navire et que ces poissons seraient retirés de ses quotas. Le commissaire européen Océans et pêche Virginijus Sinkevicius a également annoncé via Twitter l'ouverture d'une enquête.

"Il y a eu un rejet non autorisé", constate le ministère de la Mer. "Les autorités françaises vont faire un procès-verbal permettant de relever l'infraction liée à un rejet non autorisé, cette procédure sera envoyée à l'Etat du pavillon, dans ce cas la Lituanie, en mettant en copie la Commission européenne pour s'assurer que l'Etat du pavillon assure bien des suites judiciaires ou administratives" contre le navire.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité