Coronavirus : l’appel aux dons du Secours Populaire du Morbihan

Face à l’épidémie du coronavirus, les bénévoles du Secours Populaire redoublent d’efforts pour venir en aide aux personnes en grande précarité. Mais les mesures de confinement les privent de leurs principales ressources. Aussi l’association en appelle à la générosité du public.
 
Livraison de colis alimentaire ce mercredi à Auray.
Livraison de colis alimentaire ce mercredi à Auray. © Secours populaire du Morbihan

Pour répondre aux mesures de confinement, le Secours Populaire du Morbihan a dû cesser toutes ses activités dites non prioritaires. L’accueil du public et la collecte de nourriture, de vêtements, de livres, de jouets, l’organisation de braderies, d’animations sportives ou culturelles, les chasses aux œufs aussi à l’approche de Pâques… Autant de rendez-vous qui privent l’association de ressources habituelles, indispensables pour mener à bien ses missions.

"C’est vrai que là, on est dans une situation assez critique. On a des charges, mais on n’a plus de rentrées. C’est pour ça qu’on lance un appel aux dons financiers, peu importe le montant", alerte Annick Wemeaux, secrétaire générale du Secours Populaire dans le Morbihan.


À l'écoute des plus fragiles


Le département du Morbihan compte dix permanences pour plus de 10 000 bénéficiaires. Un grand nombre de personnes âgées, isolées, que l’épidémie du coronavirus rend plus fragiles encore. Pour eux, l’association a mis en place un service de portage à domicile.

"On a été sur Arzal et Arradon par exemple, et là, il y a une personne qui ne vit qu’avec le minimum vieillesse. Veuf, sans enfant, cela faisait plusieurs jours qu’il ne se nourrissait que de pain et de lait. Il nous a envoyé un mail. On est intervenu pour lui apporter un colis alimentaire", raconte Annick Wemeaux.

Maintenir l’aide alimentaire, même quand une antenne est contrainte de fermer. C’est le cas à Auray, l’un des premiers foyers de la région. Et c’est en camionnette, le SolidariBus, que les bénévoles du Secours Populaire poursuivent leur mission, avec une première distribution organisée ce mercredi 1er avril.


Un bus à la rescousse


"Les colis avaient été préparés, le point de rendez-vous c’était devant le local de l’antenne d’Auray. On avait calé des rendez-vous pour que les gens ne se croisent pas, et ça s’est fait en lien avec la municipalité, avec un policier municipal qui a veillé à ce que tout se passe correctement".

L’opération sera renouvelée mercredi prochain, et vendredi le SolidariBus se rendra à Lorient où l’attendent une trentaine d’étudiants. "Ce sont des étudiants français, ou étrangers. Avec le confinement, ils n’ont pas pu rentrer chez eux. Les étudiants ne sont pas très argentés, et comme les restos U sont fermés, ils ne mangent plus trop".
 

L'appel du Secours Populaire


Pour continuer de se rendre auprès des personnes précaires, rendues plus vulnérables encore par le confinement et l’épidémie, les bénévoles du Secours Populaire innovent et redoublent d’efforts.

Mais les besoins s’annoncent considérables, et personne ne peut dire aujourd’hui quand la crise s’arrêtera. Sans la générosité du public, Annick Wemeaux s'alarme : "On n'a plus rien qui rentre, on n’a plus de ressources, si à la fin du mois on n’a pas réglé la situation, je ne sais pas comment on va faire".

Pour aider le Secours Populaire Français - Fédération du Morbihan : secourspopulaire.fr/56/


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société solidarité