Covid-19 : dans le Morbihan, un vaccibus pour aller au-devant des habitants du Centre-Bretagne

Si les habitants ne viennent pas tous au vaccin, alors, il faut que le vaccin aille à eux. Pendant trois semaines, un vaccibus va sillonner 13 communes du Morbihan Il compte distribuer 200 doses chaque jour.
Vaccibus dans le Morbihan
Vaccibus dans le Morbihan © S. Salliou/FTV

A Locminé, ce 23 juillet, les réveils ont sonné très tôt dans nombre de maisons. La préfecture du Morbihan avait annoncé la présence sur la commune d’un vaccibus. Dès 7 h, la queue s'organisait.   

En Bretagne, le taux de vaccination dépasse légèrement les 60 %, un taux bien supérieur à celui du reste du pays qui tourne autour de 44%.

Des écarts de vaccination importants entre les villes et les campagnes

Mais les services de l’Etat ont constaté qu’il pouvait y avoir des différences importantes sur ce taux de vaccination entre les habitants de certaines zones rurales et ceux des grandes villes. Pour la tranche d’âge des plus de 55 ans, l’écart est de 7 points.

Pour certaines personne, "les questions de mobilité, c'est un vrai souci" expliquent les élus. Les personnes âgées ou ceux qui ont de faibles ressources peinent à parcourir 40 ou 50 kilomètres pour se faire piquer. "Et puis ajoute Laurent, qui vient de recevoir sa première dose, ils devraient faire ça partout, dans toute la France, pour avoir un rendez-vous dans un grand centre comme à Vannes, il faut trois semaines."

"C’est juste dommage qu’il y ait eu si peu de vaccins, ajoute-t-il,  là, aujourd’hui, s'ils avaient eu 400 ou 500 doses, ils auraient vacciné 400 ou 500 personnes."

Les 200 doses sont parties "comme des petits pains"

Car dès 9 h, les 200 doses étaient attribuées. Au grand dam de Françoise, commerçante, et donc au contact des gens toute la journée. Elle souhaitait se faire vacciner pour se protéger et pour protéger les autres et ne trouve pas de rendez-vous.

© S. Salliou/FTV

Une quarantaine de doses supplémentaires ont été livrées et ont très vite trouvé preneurs. "C’est plus facile ici, on n’attend pas, il n’y a pas la foule explique Gwénola. Mireille est venue en sortant du travail et en quelques instants, elle a sa piqûre et son rendez-vous pour la deuxième dose. Elle est soulagée.

Le variant ne laisse plus le choix

Demain, 24 juillet, le vaccinobus se rendra à Saint-Jean-Brévelay, puis continuera son périple pour mener deux campagnes de trois semaines (pour la première puis pour la deuxième injection ) dans 13 communes du Morbihan.

Ca y est, Laurent est vacciné. Il ne cache pas son manque d’enthousiasme, "je l’ai fait parce qu’il n’y a pas le choix, c’est ça ou rester à la maison, j’ai peur qu’il y ait des séquelles dans quelques années, mais bon, c’est fait "souffle-t-il en quittant le site.  

A l'intérieur, médecins et infirmières continuent de s’activer. Ils savent que c’est une véritable course contre la montre car le variant Delta progresse vite dans le département. Le taux d’incidence atteint désormais 65 pour 100.000.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19