Cet article date de plus de 4 ans

Journées d'été d'EELV à Lorient : montrer l'union avant la primaire

Après des mois de tumulte, Europe Ecologie-Les Verts veut tourner la page de la désunion lors de ses journées d'été, de ce jeudi à samedi à Lorient, même si les divisions ne demandent qu'à resurgir à l'occasion de sa primaire pour 2017.
Yannick Jadot et Cécile Duflot arrivant à ces journées d'été morbihannaises
Yannick Jadot et Cécile Duflot arrivant à ces journées d'été morbihannaises © France 3 Bretagne
Pendant trois jours, au cours de six plénières et de 70 ateliers, les écologistes réfléchiront à la séquence électorale qui s'ouvre en 2017  - présidentielle, législatives, sénatoriales - mais aussi à la "réinvention" de leur parti, après les multiples départs et dissensions qui ont rythmé les 12 derniers mois. Impossible néanmoins, alors que les candidatures seront closes le 31 août, de ne pas tenir compte de la décision, prise à contre-coeur, d'organiser des primaires fin octobre pour assurer la présence d'un candidat écologiste à la présidentielle.

Les quatre candidats à la primaire présents à Lorient


Si aucun débat spécifique n'est prévu entre eux, les quatre candidats déjà déclarés seront tous présents à Lorient et interviendront dans diverses tables-rondes. "Nous avons fait le choix de ne pas mettre en scène les divergences en n'organisant pas de débat", explique David Cormand, le nouveau secrétaire national du parti, échaudé par les précédentes primaires organisées par EELV. Il veut croire qu'"il n'y a pas d'appétence pour que ça tourne au pugilat" même si les Verts sont coutumiers du fait, l'exemple de la bataille en 2011 entre Eva Joly et Nicolas Hulot, que les écologistes voudraient tant cette fois voir candidat, ayant laissé le souvenir le plus amer. 

"on n'est pas des ennemis, on est des partenaires", selon Michèle Rivasi


"Ce n'est pas une querelle de personnes, c'est le choix d'une personnalité, du meilleur porte-drapeau pour défendre l'écologie politique" en 2017, confirme un des candidats, le député européen Yannick Jadot. Mais il reconnaît que s'il a présenté sa candidature, c'est parce qu'il pense "mieux représenter l'écologie" que les autres et notamment la députée et ancienne patronne du parti, Cécile Duflot, qui s'est déclarée le week-end dernier. 
"Nous sommes tous dans une perspective constructive (...), on n'est pas des ennemis, on est des partenaires", ajoute la députée européenne Michèle Rivasi, méfiante néanmoins de voir des candidats "abandonner la campagne en échange d'une circonscription". Or, Cécile Duflot l'a répété encore lundi, si elle se prépare depuis des mois à mener une campagne présidentielle, elle est aussi candidate aux législatives, alors que son siège à Paris est menacé par un socialiste. 
La quatrième candidate est elle députée européenne: Karima Delli a annoncé mardi qu'elle se lançait dans la course pour "cristalliser" un "espoir majoritaire" et en finir avec "les scores à 2%".

Des invités aux journées d'été


Qu'ils se tiennent ou non à la discipline souhaitée de ne pas étaler leurs antagonismes, les écologistes discuteront également de leur stratégie politique pendant ces journées d'été et de sa plate-forme programmatique pour 2017, en cours d'élaboration. Parmi les invités dans les débats, le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent, les députés Pouria Amirshahi (ex-socialiste) et Barbara Romagnan, mais aussi la militante féministe Caroline de Haas.

Vers une "réinvention" du parti


Une large place sera également réservée à la "réinvention" du parti, surtout son fonctionnement interne, régulièrement critiqué pour sa complexité. Plusieurs milliers de militants et sympathisants ont participé cet été à une consultation qui ne sera close que mi-septembre, sur la manière dont ils envisagent ses institutions. "Il en ressort pour l'instant une envie de plus de démocratie interne", avec la généralisation des votes militants dans la prise de décision, explique Julien Bayou, porte-parole d'EELV qui présentera les résultats partiels de cette consultation. 

La dissidence en ordre dispersé


Quant aux écologistes sortis d'EELV, ils feront leur rentrée en ordre dispersé, eux-mêmes s'étant divisés peu de temps après avoir créé ensemble l'Union des démocrates et des écologistes (UDE). Cette fédération présidée par Jean-Vincent Placé tiendra son université d'été jeudi et vendredi à La Rochelle, en présence de personnalités socialistes mais sans un de ses fondateurs, François de Rugy. Ce dernier a créé le parti "Ecologistes!" au début de l'été avec la ministre du Logement Emmanuelle Cosse et la secrétaire à la Biodiversité Barbara Pompili.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique europe écologie les verts