Procès du chauffard de Lorient : les témoignages

Les témoignages se succèdent à la barre du tribunal de Lorient. Ce lundi 15 février, peu avant 14h, le procès de Kylian Le Reste et de Gaëlle Taugeron, s’est ouvert. En 2019, ils ont renversé en voiture 2 enfants, tuant l’un et blessant grièvement l’autre, avant de s’enfuir.

Les deux jeunes survivants ont témoigné à la barre
Les deux jeunes survivants ont témoigné à la barre © Nicolas Corbard-France Télévisions

"J’ai vu le corps s’envoler et percuter le portail. Il perdait beaucoup de sang et est mort dans mes bras", se remémore Cédric Raverdy, première personne arrivée sur les lieux du drame. Sa Clio avait été heurtée peu avant le drame dans un rond-point par la voiture de Kylian Le Reste. Il avait tenté de porter secours à Bunyamin, en vain. Il poursuit :

Je me suis éloigné pour trouver du secours, je me suis éloigné de cette scène de guerre.

La voix tremblante, il se tourne alors vers la famille des victimes pour s’excuser de ne pas avoir pu faire plus.

Un comportement incompréhensible

Près d’un an et demi s’est écoulé depuis ce terrible accident le 9 juin 2019. Un drame, qui a marqué les esprits tant les victimes étaient jeunes et le comportement du conducteur incompréhensible. Et pourtant, il faudra comprendre. Comprendre, entre autre, pourquoi Kylian Le Reste et sa passagère Gaëlle Taugeron ont continué leur route après avoir renversé les deux enfants.

Conduite sans permis et sans assurance

Les premiers éléments de l’audience laissent apparaître une relation compliquée entre Kylian Le Reste et son ex petite amie, Gaëlle Taugeron, âgés de 20 et 21 ans au moment du drame.

Avant les faits, ils avaient été en couple, puis s’étaient séparés. Une situation que Kylian supportait mal et qui avait poussé la jeune femme à porter plainte. La veille de l’accident, le 8 juin, ils se retrouvent par hasard dans une boîte de nuit. La jeune femme dort chez Kylian.

Le lendemain il la reconduit chez elle, quand ils croisent un barrage de gendarmerie. Problème : Kylian conduit sans permis et ce n’est pas la première fois. Il est en état de récidive et conduit sans assurance. Le jeune homme accélère. Aussitôt les gendarmes le prennent en chasse.
Lors du procès, les gendarmes ont expliqué que la voiture de Kylian, roulait à 100 km/h sur la route départementale et ce, malgré les dos d’âne.

La version de Kylian Le Reste

Ce lundi, Kylian a reconnu la vitesse excessive, les feux rouges grillés, la conduite dans les couloirs de bus… Sa voiture percute alors un véhicule dans un rond-point à Keryado. Lors de l’audience, Kylian avoue avoir vu trois silhouettes, avoir voulu les éviter. Mais il perd le contrôle, heurte les enfants et accélère.

"Je me suis dit que si je retournais là-bas, j’étais mort, explique Kylian Le Reste. J’avais peur et je me suis dit que je ne pouvais rien y faire." Gaëlle Taugeron, elle, reste floue quant à ses émotions sur le moment.

Le témoignage des jeunes victimes survivantes

Plus tard dans l’après-midi, en ce premier jour de procès, les deux jeunes victimes survivantes se sont exprimées à la barre avec leurs mots d’enfant et leur silence.

Diyar, 10 ans, raconte : "Il y avait une voiture derrière nous. Elle nous a percutés. Elle m’a touché la main et la jambe. J’ai entendu un bruit fort et tout le sang de mon copain est venu sur moi. Je n'arrive pas à dormir. Je fais des cauchemars."

Samet, neuf ans aujourd’hui, a passé plusieurs mois dans le coma. Sa mère confie : "J'ai été dans le coma en même temps que lui. Il (Kylian) a pris la vie de notre fils et il a pris notre vie. Notre fils est handicapé (NDLR : du bras gauche). "

Puis vient le tour des parents de Bunyamin, tué dans l’accident. Sa mère est effondrée. Elle prend la présidente du tribunal à témoin : "Vous aussi vous êtes maman. J'ai un suivi médical, je suis triste tous les jours. Ma douleur ne terminera jamais. Je ne comprends pas pourquoi cette personne se promène dehors alors que nous nous souffrons."

Les peines encourues

L’enjeu de ce procès sera de déterminer chez les prévenus le degré de conscience de la gravité des faits pendant et après l’accident. Kylian Le Reste encourt 10 ans de réclusion, Gaëlle Taugeron cinq ans.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société accident faits divers jeunesse famille