Législatives : Vannes, une circonscription très convoitée

À Vannes première circonscription du Morbihan, les panneaux d'affichage des candidats / © A. Castier
À Vannes première circonscription du Morbihan, les panneaux d'affichage des candidats / © A. Castier

Cas unique en France, dans le Morbihan, trois députés sortants ont été investis par le parti d'Emmanuel Macron. Hervé Pellois est l’un d’entre eux. Élu en 2012 sous l’étiquette divers gauche après avoir été exclu du PS, il brigue un nouveau mandat. Face à lui, 15 autres candidats.

Par Adelaïde Castier

Le quartier de Ménimur à Vannes, l’un des quartiers les plus populaires de la ville. À l’entrée du marché qui se tient le vendredi matin, Hervé Pellois distribue des tracts avant de tenir une réunion publique dans le café brasserie attenant à la place. Il interpelle quelques passants et se présente comme le candidat qui a "toute la confiance" d'Emmanuel Macron. À quelques mètres, Hortense le Pape est elle aussi en campagne. Sur son tee-shirt sont inscrits son nom et celui du Président Macron. Hortense le Pape se présente comme une candidate qui "soutient la Majorité présidentielle". La nuance est subtile.

Embouteillage au Centre


Deux candidats "La République en marche", c’est le résultat d’un cafouillage au moment de la publication des listes d’investiture. Annoncé dans la première liste, le nom d’Hortense le Pape a ensuite été retiré. Quelques jours plus tard, Hervé Pellois était officiellement désigné. 

Depuis, poussée par "de nombreux soutiens", Hortense le Pape, adjointe à la mairie de Vannes, a finalement décidé de maintenir sa candidature sous l’étiquette Alliance centriste-majorité présidentielle. Une candidature dont se serait bien passé le député sortant, Hervé Pellois. Mais qui pourrait bien faire les affaires de la Républicaine Christine Penhouet.

Législatives : enjeux à Vannes
Un reportage de A. Castier, B. Van Wassenhove, T. Descamps / avec Hortense Le Pape, Alliance centriste - Majorité présidentielle - Hervé Pellois, La République en marche - Christine Penhouet, Les Républicains - Anita Kervadec Parti communiste, Front de gauche

L’éclatement des voix


La vice-présidente du conseil départemental du Morbihan est entrée tardivement en campagne après le désistement de François Goulard, suite à l’affaire Fillon. Elle espère bénéficier de l’éclatement des voix au centre. Mais l’absence d’accord avec l’UDI  (Union des démocrates indépendants) pourrait lui faire de l'ombre. Le mouvement présente sa propre candidate en la personne de Odile Monnet. 

"On me demandait d’abandonner l’étiquette PC"


Division également à l’extrême gauche. Céline Méneses, inconnue jusqu’à présent dans le paysage politique vannetais, est la candidate de la France Insoumise. Contrairement aux élections présidentielles, aucun accord n’a été trouvé pour établir une liste commune avec le Front de Gauche et le Parti Communiste. 

Une situation que regrette la candidate communiste Anita Kervadec : "J’étais prête à prendre un poste de suppléante et laisser le fauteuil principal. Mais on me demandait d’abandonner l’étiquette PC. Pour la France Insoumise, le rassemblement, c’est ça !"

De même, le Front national, représenté par Bertrand Iragne devra faire face à la concurrence du candidat du Parti de la France, Laurent Louis.

Rappelons que cette première circonscription du Morbihan, solidement ancrée à droite, a basculé pour la première fois à gauche en 2012 avec l’élection d'Hervé Pellois. 

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

80km/h sur le réseau secondaire ?

Près de chez vous

Les + Lus