Ils forment, un peu, une part de notre quotidien. Ou de celui de beaucoup de Bretons pour qui le journal régional est un rendez-vous quotidien. Ce 5 février, le 19/20 Bretagne, qui n’avait pas ou peu évolué se modernise, avec un nouveau décor et un nouvel “habillage”. On vous emmène en coulisses.


Ce 5 février n’est pas un jour comme les autres pour les équipes de France 3 Bretagne. Côté technique, cela fait plus d’un mois que l’on s’affaire en coulisses pour monter l’un des 24 nouveaux décors, tous identiques, du réseau des antennes régionales de France 3.

À midi, le premier 12/13 dans ce nouveau décor se lance avec un nouveau générique. Une nouvelle police de caractère pour les “synthés”, de nouvelles infographies. À midi ce 5 février, s'ouvre une nouvelle ère.

Time lapse plateau F3 pour grand format

 

Le décor


Un décor moderne, qui fait la part belle à l’image avec ses larges écrans horizontaux. En fait une série de 15 écrans verticaux, dans lesquels on synchronise différentes images.

Les écran ouvrent le décor sur l’extérieur, en recomposant des paysages bretons, et inscrivent la région dans la modernité. Ils permettent également de mieux visualiser les données grâce à une infographie plus présente, mais aussi de s’ouvrir aux contenus du numérique. Nos journaux doivent expliquer, décrypter et mettre en perspective l’actualité.

Debout devant les tables, Valérie Chopin, Stéphanie Labrousse ou Eric Pinault restent proche des téléspectateurs. C’est pour cette raison que côté coulisses, des caméras robotisées sont placées à hauteur de leurs yeux.

Les tables sont coulissantes, afin de servir dans différentes situations et pour plusieurs programmes d’information comme "Dimanche en Politique". Sur ces tables sont placés des micros filaires, à la place des traditionnels micros-cravates, consommateurs de piles.

 

De nouveaux logos


Certains l’ont sans doute noté, les chaînes de France Télévisions ont un nouveau logo. Toujours dans le même code couleur - le bleu pour France 3 - un “point” vient s’intercaler avant le 3, pour ancrer le groupe audiovisuel dans l’ère numérique.

Cela faisait depuis 2008 que France Télévisions, avec l’arrivée des Outre Mers dans le groupe, n’avait pas revu son logo et sa charte graphique. Entre le groupe audiovisuel et les logos c’est une longue histoire.

Cette histoire s’inscrit désormais dans l’ère numérique, avec l'apparition du “point” (déjà présent dans l’univers Franceinfo), et des couleurs qui restent celles des chaînes, mais en plus électrique. cette luminosité des couleurs est mieux adaptée à l’affichage sur les écrans numériques.

© FRANCE TELEVISIONS
© FRANCE TELEVISIONS

 

Une nouvelle identité visuelle


Avec l’apparition de nouveaux logos et d’un nouveau décor, quoi de plus normal que de changer d’identité visuelle. Depuis quatre ans, tout en gardant ses fondamentaux, comme la proximité et les régions, France 3 s’est beaucoup métamorphosée.

La chaîne s’est modernisée sur toutes ses antennes avec de nouveaux animateurs, de nouvelles identités musicales avec Christophe Mahé, Soprano, Elton John et bientôt Benjamin Biolay.

L’information se met donc au diapason en changeant de générique, d’habillage et de titrage de ses contenus.

Commune aux antennes, aux sites internet et aux divers documents à en-tête: la police de caractère. Du “Heldustry” choisi en 2002, France Télévisions écrit désormais en “Brown”.

Youtube: Le 29 janvier 2018, l'identité visuelle de France Télévisions évolue

On retrouvera cette police dans les titrages et l’habillage des JT, ainsi que dans les génériques et bandes-annonces. Ces dernières gardent le principe des volets adopté en 2012.

Le générique du JT, re-travaillé, conserve son identité et ses codes, avec l'utilisation de paysages notamment. Côté musique, on retrouvera des textures plus électroniques fabriquées à partir d’éléments organiques (voix, percussions mélodiques), et un beat plus chaud et plus contemporain.

Cette identité visuelle de l’antenne est le fruit d’un travail d’un an de la direction artistique de France Télévisions, avec l’implication des directeurs d’antennes régionales, la direction de l’information et les rédacteurs en chef du réseau dans une démarche participative, en mode projet.