Pauline Kerscaven : une femme qui s'engage pour l'environnement.

Pauline Kerscaven est une jeune femme déterminée. Après une première carrière de journaliste bilingue, elle s'engage auprès d'Eau et Rivières de Bretagne. Elle raconte son amour pour la nature ce samedi 19 octobre, dans Bali Breizh. 

Par Sonia Zaoumi

Après avoir voyagé en Amérique du Sud, pour mieux comprendre les peuples qui y vivent, Pauline Kerscaven se tourne vers le journalisme bilingue.

Sa voix est bien connue des auditeurs de France Bleu Breizh Izel. Une passion qu'elle nourrit depuis le collège puisqu'elle avait décidé de créer une revue dans l'établissement qu'elle fréquentait alors, à Plabennec. Elle lui donne un nom qui reflète bien sa personnalité : Startijenn, énergie en langue bretonne. "Elle existe toujours !", s'enthousiame-t-elle.
 

L'homme qui plantait des arbres


Ce livre de Jean Giono a été déterminant dans le parcours de Pauline Kerscaven. "Je l'ai lu d'une seule traite. Il m'a donné envie de vivre à proximité de la nature et d'en prendre soin", se souvient la jeune femme.

Pas étonnant donc, qu'elle décide, il y a un an, de donner un nouveau tournant à sa vie professionnelle en devenant chargée de communication pour Eau et Rivières de Bretagne. Un emploi qui correspond à son mode de vie et à son souhait de se mobiliser pleinement et quotidiennement dans la protection de l'environnement.

Elle aime d'ailleurs rappeler que chacun peut faire des petits gestes simples, à la portée de tous, chaque jour, pour prendre soin de la nature.

Nitrates, pesticides, Soja venu d'Amazonie... Pauline Kerscaven est sur tous les fronts.
 
Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh
Pourquoi et comment cette association a-t-elle été créée ? Quels sont ses combats ? Quelle évolution ? - France 3 Bretagne

Ur vaouez mennet eo Pauline Kerscaven.
Goude bezañ bet o veajiñ en Amerika ar Su evit kompren gwelloc'h ar pobloù a vev du-se, he deus dibabet mont war-zu ar c'hazetenniñ divyezhek.
Anavezet mat eo he mouezh gant selaouerien France Bleu Breizh Izel. Un entan he deus abaoe m'emañ hi er skolaj, e Plabenneg, peogwir he doa dibabet kouiñ ur gazetenn anvet « Startijenn ». Un anv hag a glot mat gant he fersonelezh.
« Hag ez eus c'hoazh eus an dra-se hiziv-an-deiz », emezi, laouen.

An den a blante gwez

Setu ul levr, skrivet gant Jean Giono, hag en deus awenet kalz anezhi pa oa yaouankoc'h.

« Lennet em eus anezhañ diouzh renk. Ar c'hoant en deus roet din bevañ tost d'an natur hag ober a seurt chom hep ober droug dezhi », emezi.

N'eo ket souezhus neuze he defe dibabet, bloaz 'zo, dont da labourat evit ar gevredigezh Dour ha Stêrioù Breizh. Karget eo d'ober war-dro ar c'hehentiñ.
Ul labour hag a glot mat gant he doare bevañ ha gant he c'hoant da zoujañ ouzh an endro war ar pemdez.


Plijout a ra dezhi lakaat an dud da soñjal e c'hell pep hini ober jestroù simpl, bemdez, evit ober kemend-all.


Nitratoù, louzoù, soja o tont eus Amazonia... Emañ Pauline Kerscaven war bep tachenn evit difenn an endro.

 

Sur le même sujet

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus