• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Plouyé : chez “Ty Elise”, où Gallois et Bretons vibrent d'un même cœur !

Ty Elise, l'établissement de Byn à Plouyé / © M. Villaverde - France 3 Bretagne
Ty Elise, l'établissement de Byn à Plouyé / © M. Villaverde - France 3 Bretagne

Notre série sur les bistrots nous emmène dans les Monts d’Arrée et plus précisément à Plouy chez "Ty Elise" qui, comme son nom de l’indique pas, est tenu par un Gallois, depuis bientôt 40 ans. Un lieu devenu incontournable. 

Par Maylen Villaverde

Dans les Monts d’Arrée il est possible de faire des kilomètres sans croiser une âme. Mais quand on cherche de la bonne compagnie, c’est à Plouyé que l’on vient et plus précisément chez "Ty Elise". S’il a l’apparence d’un café de campagne vu de l’extérieur, c’est un véritable pub d'outre Manche que l’on découvre une fois passée la porte.

Un pub Gallois, comme son taulier


Voilà bientôt 40 ans que Byn tient la barre de son pub. En 1979 Bernard Walters s’amourache d’Elise, une fille de Plouyé. Il tombe aussi amoureux de la Bretagne et ne le quittera plus jamais. Il reprend alors le bar de ses beaux-parents, baptisé "Ty Elise".

Byn n’a jamais vécu son installation en Bretagne comme un déracinement bien au contraire. 

Ici en Bretagne un Gallois n’est pas dépaysé. Le pays a été créé par les Gallois et les Cornouaillais. Ce n’est pas pour rien qu’ici nous sommes en Cornouailles


Chez Byn, Gallois et Bretons vibrent d’un même cœur et de très grands artistes se sont produits ici. Parmi eux les frères Morvan, Alan Stivell, Dan ar Braz, ou encore Glenmor. Mais pas d’ostracisme pour autant. Toutes les cultures, et en particulier les minoritaires, ont leur place ici, à l’image des murs couverts d’affiches de concerts, fest-noz et festivals de soutien en tous genres. 

Byn est un fervent défenseur des langues, bretonne, galloise ou autre. Il est aussi féru d’histoire et "il connait mieux l’histoire de la Bretagne que la plupart des bretons" nous confie un habitué.


Participer à l'histoire de la région


Mais, l’Histoire, Byn ne fait pas que l’apprendre. Il participe aussi à la construire. Dans les années 80 il a par exemple accepté de vendre la première bière bretonne que deux jeunes du coin avaient décidé de lancer. Un pari risqué à l’époque. Depuis de la bière a coulé dans les becs… et ainsi est née la brasserie Coreff.

"Quand il m’a demandé de prendre sa bière je me suis dit c’est ca qu’il manque ici. J’ai la terre battue, la cheminée, choses un peu bretonnes mais il manquait la bière bretonne. Tout de suite j’ai dit oui  et j’ai laissé tomber les bières du nord, de Belgique et je n’ai plus que la bière bretonne de chez Coreff !"

Dans ces mêmes années un autre groupe de copains vient régulièrement faire la fête chez Byn. Installés sur la grande la table du pub les jeunes vingtenaires décident d’organiser une plus grosse fête. "C’était une équipe de bons amis… ici c’était devenu trop petit alors ils ont décidé de louer un champs. Puis le champs est devenu trop petit alors ils sont allés plus loin. Et ils ont baptisé ça les Vieilles Charrues" raconte Byn avec une fierté non dissimulée

Pour Byn les affaires ont été moins florissantes. En 2010, un incendie a totalement ravagé la taverne et il faudra attendre trois ans pour que le pub de Plouyé puisse rouvrir ses portes.  Malgré ces coups durs le navire est toujours à flot et le capitaine maintient le cap. Ty Elise reste ce lieu mythique de rencontres et d’échanges, essentiels à la vie du centre-bretagne.



A lire aussi

Sur le même sujet

Réaction de Laurence Maillart-Méhaignerie, signataire de la tribune. Députée LREM de la 2e circonscription d'Ille-et-Vilaine

Les + Lus