• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Route du Rhum : Nicolas Troussel et Yoann Richomme se préparent à la transatlantique

© AFP / FRED TANNEAU, JEAN-SEBASTIEN EVRARD
© AFP / FRED TANNEAU, JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Les deux skippers sont inscrits dans la catégorie Classe 40. Habitués des courses maritimes, ils abordent la Route du Rhum sereinement, tout en restant concentrés et compétiteurs. Les deux hommes ont bien préparé leurs bateaux et sont prêts pour le départ, ce dimanche.

Par La rédaction

Pour cette onzième édition, la Route du Rhum rassemble 52 concurrents inscrits en Classe 40. Parmi, deux skippers chevronnés : Nicolas Troussel et Yoan Richomme.
Ces derniers ne sont pas à leur premiers coups d'essai, ce sont des habitués du grands large ! Les deux hommes vont lutter pour atteindre le podium.

Portraits croisés 

Nicolas Troussel, originaire de Morlaix, a connu les grands Armel Le Cléac'h et Jérémie Beyon. De nature dicrète, il n'empêche que le marin de 44 ans a un beau palmarès derrière lui : il a remporté la transatlantique AG2R en 2004, la même année que sa victoire à La Solitaire du Figaro qu'il a également gagnée en 2006. L'année d'après, il remporte aussi le Trophée BPE.

Pour cette Route du Rhum, il aligne un Mach40.3 tout neuf, mis à l'eau cette année. "Il est très rapide et capable de gagner, argumente Nicolas Troussel. Si un coup est possible, je vais le faire, en fonction de ce que je ressens.

Yoann Richomme, quant à lui, n'a qu'un seul objectif en tête : celui de gagner. Mais cela "va être compliqué, il y a beaucoup de très bons concurrents sur cette Classe 40."
Lui aussi peut se vanter de beaux résultats. En 2013, il termine 2e de la Transat Jacques Vabre, puis 2e aussi en 2014 pour la transat AG2R que son concurrent avait gagné dix ans plus tôt. Complètent ce palmarès une victoire en 2016 sur la Solitaire du Figaro et enfin une autre victoire cette année 2018 lors de la Drheam Cup.

Son bateau ? Un Lift40 construit à Lorient en début d'année 2018. "J'ai une belle machine entre les mains, argue-t-il. J'aime beaucoup que les choses soient faites dans le détail."

Les deux skippers partent confiant dans cette course, prêts à en découdre.
Reportage d'Isabelle Rettig
 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'histoire du football féminin

Les + Lus