Tourisme en Bretagne : en 2017 la fréquentation est repartie à la hausse

Camping en Ille-et-Vilaine / © Maxppp - Photo PQR - Ouest-France - M. Ollivier
Camping en Ille-et-Vilaine / © Maxppp - Photo PQR - Ouest-France - M. Ollivier

Après une saison 2016 un peu décevante, 2017 est un bon cru. La fréquentation des touristes a nettement progressé en Bretagne et profite tant aux campings qu'à l'hôtellerie moyenne et haut de gamme. Les activités de loisirs en profitent avec en tête les activités nautiques, mais aussi les festivals.

Par Marc-André Mouchère

Selon une étude issue d'un partenariat entre l'Insee et le Comité Régional au Tourisme, trois professionnels bretons sur quatre jugent la saison 2017 satisfaisante. La fréquentation atteint cette saison son plus haut niveau dépassant le point haut de 2015.


Fréquentation en hausse dans les hébergements

Après une saison 2016 en retrait, les nuités augmentent en Bretagne de 7,5%. La Bretagne enregistre la deuxième plus forte croissance des régions de province derrière le Grand Est (+ 8,2 %). Les nuitées progressent en Bretagne plus qu’en France métropolitaine (+ 7,5 % contre 6,1 %).
Bilan touristique Bretagne 2017


La clientèle française est de retour surtout dans les campings

Au contraire du niveau national, l’embellie bretonne est principalement liée à l’augmentation des nuitées françaises.(+ 8,7 % comparé à + 5,8 % en France). La fréquentation des étrangers augmente aussi, mais plus modérément (+ 2,5 %, + 6,7 % en France).
Le dynamisme de la clientèle hexagonale profite plus aux campings (+ 12,0 %) qu’aux hôtels (+ 4,4 %). La croissance de la fréquentation des hotels est surtout portée par les nuitées étrangères qui progressent de 7,3 %.

La fréquentation dans les campings a été plus dynamique sur le littoral sud et dans le Finistère. Les nuitées finistériennes dans les campings sont plus soutenues par la clientèle française alors que la clientèle étrangère est en augmentation dans le Morbihan.


La clientèle britanique en baisse

Comme les annés passées, les Britanniques restent les plus présents. Cependant, leurs nuitées baissent (– 4,8 %); en cause la baisse du pouvoir d’achat des Britaniques liée à la dépréciation de la livre (– 5 % entre les mois de juillet 2016 et 2017) et l'inflation concomittante (+ 3 % en un an), mais l’utilisation plus fréquente d'autres modes d’hébergements y serait aussi pour quelque chose (réseaux familiaux, locations via des plateformes en ligne).


La Bretagne bien visible en Allemagne et plus accessible aux espagnols

Avec près de 769 000 nuitées, c'est la clientèle allemande qui progresse le plus dans les hébergements bretons. Une progression nette dans les hôtels (+ 9,4 %) mais aussi dans les campings (+ 9,9 %). Le succès télévisuel des aventures du commissaire Dupin, explique peut-être cela. Les intrigues prennent pour décor l’ouest de la Bretagne et pourrait en partie expliquer ce surcroît d’intérêt des Allemands.

Les touristes néerlandais sont également très présents même si leur fréquentation reste stable par rapport à 2016.

Les touristes espagnols viennent pour leur part en plus grand nombre. Leur fréquentation fait un bond de 30,0 % dans les hôtels, en lien avec la hausse de l’offre des compagnies aériennes espagnoles à destination de Rennes et Nantes.


Début de saison exceptionnel dans les campings

Avec 11,3 millions de nuitées durant la saison, la fréquentation dans les campings bretons augmente de 9,6 %, plus qu’au niveau national. La clientèle française est de retour (+ 12,0 %) et se tourne davantage vers les emplacements équipés de mobil-homes, chalets et bungalows. À l’inverse, les nuitées étrangères progressent plus fortement sur les emplacements nus.

C'est sans doute la météo très favorable d'avril-mai et les températures caniculaires du mois de juin qui expliquent en partie la progression de 29,5 % des nuitées mais aussi les vacances scolaires de Pâques programmées en avril, tant en France que dans les pays limitrophes.


Un coeur de saison plus mitigé

Jusqu’à la mi-juillet, avec un temps estival, l’occupation des campings est supérieure à celle de 2016.

La seconde quinzaine de juillet connaît une hausse régulière de fréquentation depuis 2014. En revanche, la fraîcheur et l’humidité de la première quinzaine d’août permettent seulement un maintien de la fréquentation. L’activité reprend à partir du 15 août avec un taux d’occupation qui s’établit à 54,3 % sur la deuxième quinzaine du mois (49,2 % en 2016).

Le mois de septembre est moins glorieux dans les campings à cause du mauvais temps. Le nombre de nuitées y baisse de 3,2 %, contrairement au belles performances de 2016 ce qui reste toutefois supérieur aux années précédentes.


Les nuitées étrangères plus dynamiques dans les hôtels haut de gamme

En Bretagne, l’hôtellerie totalise 5,1 millions de nuitées entre avril et septembre 2017. Par rapport à 2016, la progression atteint 4,9 % et s’explique par une augmentation du nombre de nuitées des touristes français (+ 4,5 %) mais aussi étrangers (+ 7,3 %).

Les Britanniques sont en baisse mais demeurent les touristes étrangers les plus présents dans les hôtels bretons. Ils représentent toujours un cinquième des nuitées étrangères, avec cependant une nouvelle baisse cette saison (– 1,9 %). En trois ans, la part des Britanniques dans l’activité hôtelière bretonne a perdu 3,3 points.

À l’inverse, les nuitées en provenance d’Allemagne continuent de progresser (+ 9,4 % par rapport à 2016).

La fréquentation des Espagnols et des Néerlandais bondit cette saison en Bretagne, respectivement de 30,0 % et 14,7 %.

Le dynamisme des fréquentations étrangère et française profite essentiellement aux hôtels de moyenne gamme (+ 6,4 %) et haut de gamme (+ 7,6 %). Classés 3, 4 ou 5 étoiles, ces hôtels représentent plus de 60 % des nuitées bretonnes. L’offre du parc hôtelier breton s’adapte en ce sens : le nombre de chambres offertes dans les hôtels classés 4 ou 5 étoiles a ainsi progressé de 4,2 % par rapport à la saison précédente.

Jessica VISCART - Responsable du Pôle Observation & Prospective du CRTB
Jessica VISCART - Comité Régional Tourisme Bretagne
Responsable du Pôle Observation & Prospective du CRTB - France 3 Bretagne




A lire aussi

Sur le même sujet

Reportage sur les agriculteurs en reconversion

Près de chez vous

Les + Lus