• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Blocage des “gilets jaunes“ le 17 novembre : ”tolérance 0 pour les manifestations non déclarées” selon la préfecture

La manifestation du 17 novembre approche, toujours aucune déclaration en préfecture - Photo d'illustration / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
La manifestation du 17 novembre approche, toujours aucune déclaration en préfecture - Photo d'illustration / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Alors que la mobilisation du samedi 17 novembre contre la hausse du prix du diesel s'annonce très suivie, aucune déclaration préalable de manifestation n'a été déposée en préfecture. Le préfet rappelle que, dans ces conditions, les forces de l'ordre pourraient être amenées à intervenir.

Par Yacha Hajzler

34 mobilisations prévues sur la carte des "gilets jaunes"... et aucune déclaration déposée en préfecture. Voilà un détail administratif qui viendra peut-être contrecarrer les plans de ceux qui comptent manifester ce 17 novembre contre la hausse du diesel. 
 

Après les avertissements du Premier ministre, puis du ministre de l'Intérieur hier, c'est la préfecture qui a mis en garde les manifestants. Alors que toute manifestation sur la voie publique doit être déclarée trois jours auparavant, la préfecture n'avait toujours rien reçu ce jeudi 15.


Les forces de l'ordre averties
 

Le préfet avertit donc les manifestants...  un peu tard. Le communiqué se veut donc dissuasif et rappelle que même si le droit de manifester est fondamental, il "n’exonère pas les participants à la manifestation de leur responsabilité civile en cas de dommages causés."

Comprendre : si vous causez un accident de la circulation demain, la participation à la manifestation ne sera pas une circonstance atténuante. Les participants sont donc "invités à faire preuve d’un esprit de responsabilité et de prudence dans les actions entreprises", notamment à laisser circuler les véhicules de secours. 
 
L’entrave à la circulation peut être punie par deux ans de prison, 4.500 euros d'amende, trois ans de suspension de permis et six points retirés.
En outre, il est clairement annoncé que le préfet du Loiret a "demandé aux forces de sécurité la plus grande vigilance sur l’ensemble du département" et n'exclut par leur intervention.
 
Mise en garde prefectorale avant les manifestations des "gilets jaunes"
Préfecture du Centre Val de Loire : interview de Taline Aprikian, directrice de cabinet du Prefet sur les risques encourus par les giltes jaunes - F3CVDL - HK/NL


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Saran : le centre pénitentiaire ouvert à nouveau

Les + Lus