Municipales: 2 communes sans candidats en région Centre

Crouy sur Cosson / © F3 Centre
Crouy sur Cosson / © F3 Centre

Deux communes de la région Centre sont sans candidats: Lion-en-Beauce dans le Loiret et Crouy-sur-Cosson en Loir-et-Cher. Leur point commun? Elles comptent moins de 1000 habitants et se situent en zone rurale.  

Par Ch.L

145 habitants à Lion-en-Beauce, 438 à Crouy-en-Cosson. Faute de candidats, les électeurs de ses deux petites communes ne se rendront pas aux urnes le 23 mars pour le 1er tour des municipales. On peut y voir la conséquence d'une nouvelle disposition du code électoral qui rend désormais obligatoire  l'inscription des tous les candidats en préfecture. Auparavant, les électeurs résidant dans des communes de - 1000 habitants avaient la possibilité de voter pour quelqu'un qui ne se présentait pas.

La désertification des campagnes et le vieillissement de la population peuvent aussi expliquer le non-engagement pour un mandat très prenant qui s'exerce sept jours-sur-sept pendant six ans. Le 2e tour permet d'enregistrer de nouveaux candidats. L'espoir est donc permis pour ces deux municipalités de voir arriver des candidats de dernière minute. 

video: reportage de B.Bruère à Crouy-sur-Cosson (Loir-et-Cher) 
A Crouy-sur-Cosson, l'équipe municipale sortante ne se représente pas .Les élus se sentent abandonnés par l'Etat. 
intervenantsPhilippe Levasseur, Céline Massas, Brigitte MoreauMaurice MichelPremier adjoint SE Crouy-sur-Cosson et Christian Robert
Maire SE de Crouy-sur-Cosson depuis mai 2011
Pas de candidats à Crouy-sur-Cosson


En France, 64 communes de moins de 1 000 habitants n'ont aucun candidats pour le premier tour des municipales. 


Sans conseil municipal, que devient la commune ?

Si aucun candidat ne se présente, la commune passe sous le giron de l'Etat. Le préfet met en place une "délégation spéciale". Dotée de trois membres, cette délégation gère les affaires courantes, règlement des factures et des salaires.  Mandatée pour trois mois, elle peut être renouvelée autant de fois que nécessaire. 




Sur le même sujet

Interview de Didier Gérard, directeur de l'Open d'Orléans

Les + Lus