• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Le marathon, une épreuve physique qui laisse exsangue

A Tours, Nicolas Vilain a couru son 5e marathon. Il a terminé la course sur les rotules. Un épuisement qu'il attribue à son manque d'entrainement. / © Ch.L
A Tours, Nicolas Vilain a couru son 5e marathon. Il a terminé la course sur les rotules. Un épuisement qu'il attribue à son manque d'entrainement. / © Ch.L

Jambes de bois, vomissements, douleurs musculaires, à l'arrivée du marathon, beaucoup de coureurs ressentent un épuisement physique. Rougis par l'effort, trempés de sueur, il leur faudra souvent plusieurs heures pour s'en remettre. 

Par Ch.Launay

Quand nous croisons Jérôme Vilain, il est en train de s'asseoir sur les marches d'un escalier à l'écart de la foule des badauds venus profiter du marathon de Tours. Le mouvement lui demande un effort. Il nous laisse l'aborder mais ses traits tirés et et son aspect physique expriment une grande lassitude. Il est en sueur et littéralement épuisé.

Jérôme est venu au bout des 42,195 kms, en 3h49, c'est sa seule satisfaction. Habitué de ce type d'épreuve - c'est son 5e marathon - la course le laisse cette fois exsangue, sans le souffle. Un épuisement qu'il attribue à une mauvaise préparation. On sent qu'il s'en veut. "Mon dernier marathon remonte à 2011. Je me prépare à celui de Tours depuis 5 mois seulement. Je me suis laissé aller depuis je suis papa. C'est très dur de reprendre".  Et puis il y a cette erreur commise au 28e km."J'ai accéléré. C'était idiot" . Au 35e km, nouveau faux pas. Jérôme est en surchauffe. Il engloutit une boisson sucrée alors que de l'eau aurait été plus adaptée. Le marathon sera son calvaire. Jérôme perd ses sensations. "Je ne savais pas où j'avais mal. J'ai dû m'arrêter plusieurs fois". Il finit la course à un rythme "de mamie". 10km/h, qui lui permettent de rejoindre l'arrivée. Le prochain marathon, Jérôme préfère ne pas y penser. Il a besoin de "se vider", de récupérer.

Anonyme dans la foule des 3 660 participants du  marathon, Jérôme ne voit pas combien nous sommes impressionnés par sa course qui n'en demeure pas moins un exploit pour les néophytes que nous sommes. Bravo à lui et bonne récupération. 

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus