• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Accusé de négligence, le Samu de Blois répond

Samu 41. / © M.Mouamma/France 3 Centre
Samu 41. / © M.Mouamma/France 3 Centre

Pour Catherine Cavanna, le Samu de Blois n'a pas porté assistance à son mari. C'est un voisin qui a dû le transporter à l'hôpital. Le Samu 41 ne s'exprime pas directement sur cette affaire, il se retranche derrière le secret médical mais explique comment un appel d'urgence est traité. 

Par D.Cros

La polémique


Catherine Cavanna explique qu'elle a appelé le Samu de Blois pour son mari en pleine crise cardiaque … en vain.  Le 25 septembre au soir, elle téléphone au Samu pour son mari. Il se plaint de douleurs au thorax et à la mâchoire. Elle explique : "Je décide d’appeler le Samu de Blois. La dame au standard décroche. Je lui dis que mon mari à 68 ans, qu’il a 18 de tension et qu’il est sous médicaments. Elle me répond que je dois appeler mon médecin. Je lui dis qu'il n'y a pas de médecin à Mondoubleau pour intervenir à cette heure. Elle me dit d’aller aux urgences. Je lui explique que je ne peux pas conduire, en raison d'une attelle à ma jambe, elle me répète allez aux urgences … et raccroche".
Catherine Cavanna / © M.Mouamma/France 3 Centre
Catherine Cavanna / © M.Mouamma/France 3 Centre
C’est finalement, leur voisin qui le transporte à l’hôpital de Saint-Calais (Sarthe). A son arrivée à son mari en pleine attaque cardiaque est pris en charge et conduit en salle d'opération. Rentré chez lui, il est reparti au CHU d'Angers pour subir un double pontage.

Catherine Cavanna a porté plainte à la gendarmerie de Mondoubleau pour non assistance à personne à danger et mise en danger de la vie d’autrui.

La réponse du Samu de Blois


Le Samu de Blois n’a pas abordé précisément cette affaire, il se retranche derrière le secret médical mais a expliqué, pour une meilleure compréhension, à une de nos équipes : comment un appel entrant est géré au Samu 41.

Le Docteur Solo Randriamalala, chef de service SAMU 41, déclare : "les appels sont traités par les ARM, les Assistants de Régulation Médicale, ce sont des personnes qui ont une formation d’un an après le BAC sanctionné par un diplôme d’ARM. Ce ne sont absolument pas des standardistes, ce sont des gens qualifiés pour trier les appels urgents".
Le Docteur Solo Randriamalala / © M.Mouamma/France 3 Centre
Le Docteur Solo Randriamalala / © M.Mouamma/France 3 Centre
Puis il poursuit, en complétant : "Les médecins régulateurs sont à côté d’eux, ils sont au courant de tout ce qui se passe. En effet, nous écoutons toutes les conversations même si nous n’avons pas la personne qui appelle en direct. A la fin de la conversation, toutes les décisions prises le sont, sous la responsabilité médico-légale du médecin régulateur. En fonction de l’appel, nous avons plusieurs réponses : un conseil médical, ou l’envoi des ambulanciers, des pompiers, des médecins généralistes ou d’une équipe médicale. Je tiens à préciser que dans notre département, il y a 350.000 habitants et il n’y a que quatre équipes médicales (deux à Blois, une à Vendôme et une à Romorantin). On ne peut donc pas envoyer une équipe médicale à chaque appel … c’est de l’utopisme … "

A lire aussi

Sur le même sujet

L'accordéoniste de Pierre Perret vous joue une chanson

Les + Lus