Marche nocturne à Orléans, ce vendredi soir, contre le harcèlement

Dans la rue, les femmes se disent régulièrement harceler. / © France 3 Centre
Dans la rue, les femmes se disent régulièrement harceler. / © France 3 Centre

Ce vendredi soir vers 19h30, une marche de nuit est organisée. Point de départ la place De-Gaulle à Orléans. L’objectif dénoncer le harcèlement féminin.

Par D.Cros

Cette marche pour dénoncer le harcèlement dont se disent victimes les femmes… une initiative du collectif orléanais du droit des femmes. Dominique Tripet, l'une des portes paroles du mouvement, nous explique par téléphone : "Nous avons choisi une date proche du 25 novembre, journée de lutte contre les violences aux femmes. Cette marche est organisée un vendredi soir, veille de week-end et tard le soir pour qu’un maximum de personnes puissent venir".

L’objectif de cette marche : lutter contre toutes formes de harcèlement. Dominique Tripet souligne :

"les femmes sont victimes de harcèlement dans la rue, à la maison et sur leur lieu de travail. Nous voulons à travers cette marche dire stop au harcèlement".


Il y a quelques semaines, une jeune orléanaise s’est rasée la tête car elle ne supportait plus d’être harcelée dans la rue (voir notre article en lien). Dominique Tripet explique : "Nous comprenons son geste désespéré. Les femmes victimes de violences, s’inflige souvent elle-même une autre violence, comme couper leurs cheveux. Cette jeune femme dit stop, elle ne veut plus être un objet".

Le rassemblement pour cette marche nocturne est prévu ce vendredi soir, à 19h30, place De-Gaulle à Orléans. Le cortège se rendra Place de Loire. "Sur ce parcours, il y a des bars et des restaurants, c’est un quartier animé, c’est là que les filles se font souvent accoster. Nous voulons faire comprendre aux hommes la différence entre draguer et harceler", puis la porte-parole du collectif orléanais du droit des femmes conclut en disant :

"Les femmes ont le droit d’aller où elles veulent sans être importuner. Elles doivent être respectées, ce sont des citoyennes comme les autres, elles ont des droits".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus