Cet article date de plus de 6 ans

3,5 millions de personnes en situation de mal-logement

Mauvaises conditions d'habitat, difficultés pour payer le loyer ou les factures d'énergie... Le dernier rapport de la fondation Abbé Pierre dénombre 3,5 millions de personnes en situation de mal-logement. Le Centre-Val de Loire n'y échappe pas.
La Fondation Abbé Pierre a dévoilé mardi matin son 20e rapport sur le mal-logement. Le constat est accablant : l'association recense 3,5 millions de personnes mal logées et 10 millions de personnes fragilisées par rapport au logement.

La période actuelle est marquée par le repli sur des « formes de non logement » et par une détérioration très grave des conditions de vie des ménages (hébergement chez des tiers, squat, bidonvilles, surpeuplement, habitat indigne, privations )






1,25 million de personnes en situation d'impayé

Depuis la crise financière de 2008, la hausse du chômage, le travail à temps partiel, la précarité ont "fragilisé des pans entiers de la société". 1,25 million de locataires sont en impayés de loyer souligne le rapport de la fondation. Avant d'en arriver à l'expulsion ou à une coupure d'eau ou d'électricité, il existe un garde fou : la CNL, la confédération nationale du logement. A Chalette-sur-Loing, dans le Loiret, le groupement de locataires CNL assure une permanence dans son local, tous les jours sauf le mercredi.

VIDEO : voir le reportage à Chalette-sur-Loing (J. Bernier / V. Logereau)
Logement social : quand la CNL vient en aide aux locataires



Les dispositifs existants pour lutter contre le mal logement

Plusieurs textes ont tenté d'améliorer la situation des personnes défavorisées, comme la loi SRU obligeant les communes à produire du logement social ou la loi Dalo obligeant l'Etat à reloger les plus démunis, mais de nombreux "blocages" subsistent: une "crise du logement sous-estimée", des "politiques sociales du logement freinées par la rigueur", mais aussi "par l'idéologie" qui consiste à "accompagner le marché" plutôt que de le réguler. Sans compter "une politique territoriale défaillante" et "le poids des lobbies" de l'immobilier, insiste le rapport. 2014 a été l'année de "renoncements profonds," avec le "détricotage de la loi Alur", notamment sur l'encadrement et la garantie universelle des loyers, qui ont été restreints. 

► Lire aussi La Fondation Abbé-Pierre recense 3,5 millions de mal logés ou sans-abri en France sur Francetv info
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement social