Cet article date de plus de 5 ans

Mariages chinois : Lise Han gagne aux prud'hommes face à l'agglo de Tours

Le conseil de prud'hommes de Tours a donné raison à Lise Han, l'ex-collaboratrice de Jean Germain. Tous les deux sont poursuivis dans l'affaire des "mariages chinois". Les juges ont estimé que l'emploi qu'elle occupait au sein de la société publique Tours Val de Loire Tourisme n'était pas fictif.


L’affaire dite des "mariages chinois" va-t-elle basculer ? Dans son volet social, en tout cas, l'affaire prend une tournure inattendue. Le conseil de prud’hommes de Tours a jugé mercredi que le contrat de travail liant Lise Han à la communauté d’agglomération Tour(s)Plus n’était pas fictif, qu’il s’était bien inscrit dans la continuité et que, contrairement à ce que soutient l'agglomération, aucune faute n’est imputable à la plaignante, a annoncé son avocat Gérard Chautemps.

Le licenciement décidé par la collectivité étant considéré comme abusif, car dépourvu de causes réelles et sérieuses, Lise Han se voit accorder 48.000 euros dont 30.000 euros de dommages-intérêts.

Le procès pénal "en train de basculer"

L’avocat de Lise Han soutient que le procès qui s’annonce au pénal est « en train de basculer ». Selon lui, il est démontré que sa cliente exerçait une activité connue et reconnue d’amélioration des relations entre la France et la Chine, à travers l’organisation des fameux "mariages chinois". Les magistrats instructeurs et le ministère public ne pourraient donc plus continuer à mettre en avant d'éventuels faits de détournement de fonds publics.

Employée par la mairie de Tours, puis par la société Tours Val de Loire Tourisme (qui dépend de l'agglomération tourangelle), Lise Han est au coeur de l'affaire des "mariages chinois". Une affaire pour laquelle elle a été mise en examen en janvier 2013 pour prise illégale d'intérêt et détournement de fonds publics. L'ancien maire de Tours et actuel sénateur (PS) Jean Germain est lui poursuivi pour détournement de fonds publics.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice mariages chinois