Il fait bon vivre en Centre-Val de Loire, statistiques à l'appui !

Des logements relativement grands, un accès plutôt facile à la culture ou aux installations sportives... A en croire l'Insee, les habitants des villes du Centre-Val de Loire ont la belle vie. C'est ce qui ressort d'une étude sur les villes européennes. Cinq agglomérations de la région se démarquent.

Par Emmanuel Tixier / Rémy Chidaine

L'Insee publie ce mois-ci une étude sur la qualité de vie dans les villes européennes. Le projet d'"audit urbain" est mené par la Commission européenne et Eurostat. 904 villes européennes sont concernées. Parmi elles, 5 villes de la région Centre - Val de Loire : Orléans, Tours, Chartres, Bourges et Châteauroux.

Le dynamisme des villes de la région ressort, tout comme la qualité de vie sur un territoire relativement peu dense et bien équipé.

Orléans et Tours, des pôles régionaux dynamiques


Pour faciliter les comparaisons, les villes sont réparties dans différentes catégories en fonction de leur population. Orléans et Tours font partie des 15 villes françaises (122 villes européennes) entre 250000 et 500000 habitants.

Toutes les deux se démarquent par leur dynamisme. Une population jeune (Orléans est classée deuxième derrière Angers pour la proportion de moins de 20 ans), au taux d'emploi élevé (2e/15 pour Orléans, 6e/15 pour Tours), bénéficiant de nombreux équipements culturels et sportifs. Orléans se démarque également par une population aux revenus élevés (revenu médian de 30077€ par an, le deuxième de la catégorie derrière Aix-en-Provence).

Seul bémol, la part élevée des déplacements effectués en voiture (70% pour Orléans, 67% à Tours), avec un impact sur l'encombrement des routes et la pollution. Tours compense quelque peu ces résultats moyens par des déplacements à pied ou en vélo plus fréquents que dans la majorité des autres villes de sa catégorie.

Chartres, une ville intermédiaire et hétérogène


Chartres, classée parmi les villes de 100000 à 250000 habitants, est comparable à 50 autres villes françaises. Elle est située sur un territoire dont la densité est faible, et les Chartrains y sont plus propriétaires qu'ailleurs. Le taux de logement sociaux (26%) y est également plus élevé.

En matière d'emploi, Chartres intègre le top 10 de sa catégorie. De nombreux emplois dépendent du secteur des activités financières ou d’assurance, bien que parmi les villes françaises, Niort reste loin devant dans ce secteur. Chartres conserve également une spécificité industrielle : 14% des emplois sont recensés dans l'industrie ou l'énergie. L'offre est donc diversifiée.

Si le revenu médian y est élevé permettant à Chartres de figurer dans le premier quart des villes les plus riches de sa catégorie, le chiffre masque d'importants écarts entre des populations aisées et des ménages modestes.

La qualité de vie pâtit seulement d'un nombre relativement faible de cinémas, théâtres ou piscine comparé aux autres villes, même si le nombre de bibliothèques est considéré par l'Insee comme un facteur positif. Comme les autres villes de la région, l'utilisation majoritaire de la voiture au détriment des modes de transport doux reste un point noir.

Bourges et Châteauroux, de petites villes agréables à vivre


Bourges et Châteauroux appartiennent à la catégorie des villes de moins de 100000 habitants, parmi 50 villes françaises. Les deux agglomérations sont comparables, bien que Bourges (96000 habitants) soit de plus grande taille que Châteauroux (73000 habtiants).

Les deux villes abritent une population relativement âgée. L'âge médian (42 et 43 ans, contre 38 en moyenne) tout comme la part de la population ayant plus de 65 ans surpassent la moyenne des autres villes de leur catégorie.

Les Berruyers comme les Castelroussins sont également plus souvent propriétaires de leur logement, fréquemment des maisons individuelles, en moyenne plus grandes que dans les autres points de comparaison. L'accès à de nombreux équipements culturels et sportifs leur est facile, seul le nombre de théâtres est relativement faible.

Là encore, la proportion des trajets effectués en voiture est importante, en raison notamment des distances entre le domicile et le lieu de travail plus élevées qu'ailleurs en Europe.

Enfin, avec des revenus médians aux niveaux plutôt faibles, en relation avec une population plus âgée, Bourges et Châteauroux apparaissent dans la deuxième moitié du classement de leur catégorie.

Sur le même sujet

Le retour des ceintures amérindiennes

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne