• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

En Auvergne, les derniers jours de Jean Zay

Jean Zay. / © F3 Centre-Val de Loire
Jean Zay. / © F3 Centre-Val de Loire

Le ministre de l'Education nationale de 1936 à 1939 a vécu ses dernières années en détention à Clermont-Ferrand, et puis à Riom, dans l'Allier, avant d'être assassiné en 1944 dans la montagne bourbonnaise. Retour sur les derniers jours de Jean Zay, l'Orléanais, panthéonisé ce mercredi.

Par France 3 Centre-Val de Loire

A Jean Zay, ministre en charge des Beaux arts, ont doit notamment les prémices de l'Ecole nationale d'administration, le CNRS, les bibliobus, le Palais de la découverte ou encore le festival de Cannes. Mais Jean Zay, c'est surtout le ministre de l'Education nationale sous le Front Populaire, entre 1936 et 1939.

Parlementaire orléanais, ministre parisien... C'est en Auvergne que le résistant a vécu ses derniers jours, au terme de quatre années de détention, aux mains du régime de Vichy.

Jugé pour désertion

Après avoir combattu les Nazis, le 21 juin 1940, Jean Zay et 25 autres parlementaires embarquent pour le Maroc. Mais le régime de Vichy les fait arrêter. Jean Zay est alors jugé pour désertion devant l'ennemi à Clermont-Ferrand. Incarcéré à la maison d'arrêt de Riom, dans l'Allier, le 7 janvier 1941, il passera trois ans et demi derrière ses murs, visité tous les jours par sa femme et ses deux filles.

Le 20 juin 1944, Jean Zay gravit le puits du Diable, dans la montagne bourbonnaise, dans l'Allier. Trois miliciens, des hommes des mains de Joseph Darnant l'accompagnent. Il criera "Vive la France !" avant d'être assassiné. Son corps est ensuite jeté dans un profond ravin et ne sera retrouvé que deux ans plus tard et identifié en 1948, lorsque l'un de ses assassins est retrouvé en Italie où il avait pris fuite.

Une vie auvergnate en prison et devant les tribunaux

Durant les quatre dernières années de sa vie, en Auvergne, Jean Zay n'aura connu que prison et tribunaux. Pour l'hommage national du 27 mai, trois autres anciens résistants l'accompagnent dans ce temple de la République, lieu de mémoire collective, qu'est le Panthéon : Pierre Brossolette, Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz.

► VOIR le reportage de Pascal Franco et Christian Darneuville - A Molles, dans l'Allier
Intervenants : Pascal Gibert (professeur d'histoire à Montluçon, spécialiste de la Libération), Mathias Bernard (professeur d'histoire contemporaine, université Blaise-Pascal)
Les derniers jours de Jean Zay

 

A lire aussi

Sur le même sujet

La filière du cornichon français lancée dans le Loir-et-Cher progresse bien

Les + Lus