• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Lieutenants de louveterie : agents de l'Etat... et bénévoles

© F3 Centre-Val de Loire/J. Li
© F3 Centre-Val de Loire/J. Li

Il s'agit sans doute du plus ancien corps d'agents publics : les lieutenants de louveterie continuent d'exercer leur mission de régulation de la faune sauvage, après plus de 1.200 ans d'existence. La louveterie ne connaît pas la crise : les candidats sont de plus en plus nombreux à postuler ! 

Par ET

C'est indiscutable : la louveterie est une affaire de passion. Celle de la chasse, de la faune sauvage... Et des traditions. Chaque année, lors du Game Fair, les lieutenants se retrouvent à l'occasion de l'assemblée générale de l'Association des lieutenants de louveterie de France

"A l'origine, notre mission était de lutter contre les nuisibles, notamment les loups, porteurs de maladies comme la rage", explique Jean-Luc Briffaut, secrétaire général de l'Association. "A l'origine", cela signifie il y a plus de 1.200 ans ! Car la louveterie a été instituée par Charlemagne en 813.

Douze siècles plus tard, les lieutenants de louveterie demeurent. Des agents entièrement bénévoles.

Des agents de plus en plus sollicités

Sur l'ensemble du territoire métropolitain, ainsi qu'à Mayotte, ils sont aujourd'hui 1.650 lieutenants à exercer la fonction, dont 25 femmes. "La parité n'est pas vraiment respectée", convient Jean-Luc Briffaut. "Mais il n'y a pas beaucoup de candidates."

Ces agents bénévoles, conseillers techniques du préfet en matière de faune sauvage, sont sollicités pour des missions spécifiques. Maîtrise des populations de sanglier, régulation des cormorans - ces oiseaux redoutés par les pisciculteurs... Les lieutenants de louveterie assurent également une mission de prévention en matière de maladies, comme la tuberculose.

Ils peuvent aussi, sur autorisation de l'Etat, prélever toute espèce qui représenterait un danger pour la population. Le lieutenant de louveterie est "le bras armé du préfet", en matière de battues administratives.
Jean-Luc Briffaut, secrétaire général de l'Association des lieutenants de louveterie de France. / © F3 Centre-Val de Loire/E. Tixier
Jean-Luc Briffaut, secrétaire général de l'Association des lieutenants de louveterie de France. / © F3 Centre-Val de Loire/E. Tixier

Des candidatures en nombre​

Tous les cinq ans, les mandats des lieutenants sont renouvelés par l'Etat. Pour postuler, il faut avoir un permis de chasse depuis plus de cinq ans. Des connaissances en matière cynégétique sont évidemment requises.

"Nous avons de plus en plus de candidats", explique le secrétaire général de l'association. Aujourd'hui, le plus jeune lieutenant de louveterie est âgé de seulement 21 ans... La passion n'a pas d'âge.

► Pour en savoir plus sur l'histoire de la louveterie : le site de l'Association des lieutenants de louveterie de France

A lire aussi

Sur le même sujet

Pourquoi un terminal Pôle Emploi à Artenay ?

Les + Lus