Centre-Val de Loire : cérémonies d'hommage aux victimes des crimes racistes et antisémites de l'État français

Dimanche 19 juillet, à Tours en Indre-et-Loire, à Bourges dans le Cher, à Orléans dans le Loiret et à Chartres en Eure-et-Loir, des cérémonies ont eu lieu en mémoire aux victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français, 78 ans après la rafle du Vél d'Hiv

À Tours (Indre-et-Loire), commémoration Esplanade des Justes dimanche 19 juillet
À Tours (Indre-et-Loire), commémoration Esplanade des Justes dimanche 19 juillet © JP Elme
Chaque année, à l'occasion de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français et d’hommage aux Justes de France, des commémorations ont lieu un peu partout en France. Dimanche 19 juillet, en Centre-Val de Loire, elles se sont déroulées à Tours (Indre-et-Loire), à Bourges (Cher), à Orléans (Loiret) et à Chartres (Eure-et-Loir). 

La rafle du Vél d'Hiv, 78 ans après

Instituée en 1993, cette Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français et d’hommage aux Justes de France est fixée autour du 16 juillet. La date correspond aux rafles des 16 et 17 juillet 1942, au cours desquelles près de 13.000 personnes juives furent arrêtées dans Paris et sa banlieue. 8.000 d'entre elles furent regroupées au Vélodrome d'Hiver (le Vél' d'Hiv) avant d'être internées dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande dans le Loiret, puis déportées. 

Ce triste anniversaire est l’occasion d’évoquer la mémoire des 76.000 déportés de France pendant la seconde guerre mondiale, dont 3.943 seulement sont revenus.

•Extrait du discours de Jacques Chirac le 16 juillet 1995 au Vélodrome d'Hiver à Paris :
« Le 16 juillet 1942, La France, patrie des Lumières, patrie des Droits de l’Homme, terre d’accueil, terre d’asile, la France ce jour-là accomplissait l’irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux. Nous conservons à l’égard des déportés juifs de France une dette imprescriptible » 
 

La famille Blanchet près de Tours distinguée par le titre de "Juste parmi les Nations"

Cette journée donne également l'occasion d'honorer ceux qui ont refusé la volonté exterminatrice de l’idéologie nazie. Depuis 1963, une Commission présidée par un Juge de la Cour Suprême de l’État d’Israël est chargée d’attribuer le titre de "Juste parmi les Nations". Une reconnaissance reconnue aux personnes non juives qui, au péril de leur vie, ont aidé des juifs persécutés par l’occupant nazi. L’action de ces Justes a contribué à ce que les trois-quarts des 333.000 Juifs vivant en France survivent et échappent à la déportation. Au 1er janvier 2020, plus de 4.100 Justes parmi les Nations ont été reconnus en France, plus de 27.700 dans le monde. 

La famille Blanchet, originaire de La Guerche à cinquante kilomètres de Tours (Indre-et-Loire) fait partie de ces personnes distinguées. Catholiques, ils sont membres pendant l'occupation allemande, d’un réseau clandestin de sauvetage utilisé par la Résistance pour faire passer des prisonniers évadés et du courrier en zone non-occupée. Malgré les risques considérables encourus, ils ont sauvé beaucoup de familles juives en fournissant des faux papiers, mais aussi en les hébergeant avant qu’elles ne poursuivent leur route en zone libre. 

L'histoire du Vel' d'Hiv'

Le 2 juillet 1942, René Bousquet, secrétaire d’État à la Police signe l’accord Oberg. Il prévoit la déportation de 100.000 juifs pour 1942 et charge la police française de l’arrestation des juifs dans la zone nord et dans la zone sud. Pierre Laval propose aux allemands la déportation des enfants de moins de 16 ans. Elle sera réalisée dans des conditions effroyables. À Paris, la rafle du Vel d’Hiv des 16 et 17 juillet 1942 conduit à l’arrestation de 13.152 juifs dont 5.919 femmes, 3.118 hommes et 4.115 enfants. Le 26 août 1942, par un accord de collaboration policière, le gouvernement de Pétain accepte de livrer 10.000 juifs de la zone sud. Des rafles conduites par la gendarmerie française sont opérées un peu partout en province, à Bordeaux, Limoges, Lyon, Montpellier, Nancy, Tours, Rouen, Toulouse…
© F3

►www.cercil.fr
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hommage société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter