Les chasseurs sont-ils les “premiers écologistes de France” ?

© Chasseurs de France
© Chasseurs de France

La Fédération Nationale des Chasseurs de France vient de lancer une campagne publicitaire. Son slogan : "les chasseurs : premiers écologistes de France" fait débat. En Centre-Val de Loire, les chasseurs représentent 10 % des effectifs nationaux

Par Elsa Cadier

La campagne de publicité de la Fédération nationale des chasseurs de France / © Chasseurs de France
La campagne de publicité de la Fédération nationale des chasseurs de France / © Chasseurs de France


Une campagne sans précédent

Depuis quelques jours des affiches publicitaires sont placardées dans le métro parisien et sur les bus de Lille, Lyon, Marseille, Bordeaux et Toulouse. La Fédération nationale des Chasseurs a lancé sa première grande campagne de pub. Son slogan ? "Les chasseurs, premiers écologistes de France". Il est tiré d'une affirmation de Jean-Jacques Bourdin sur RMC lors d'une de ses émissions. Avec cette campagne, la Fédération des Chasseurs souhaite amorcer un virage dans sa communication, à l'heure où des modifications ont été opérées en leur faveur (baisse du tarif des permis de chasse de 400 à 200 euros,...) et quelques jours après la démission de Nicolas Hulot du ministère de l'environnement. 
Les chasseurs sont 1.200.000 en France et 110 000 en Centre-Val de Loire, soit 10 % de l'effectif total



Fini l'image du : "pour vivre heureux, vivons cachés" 


Dans un communiqué, Willy Schraen, président de la Fédération Nationale des Chasseurs s'est exprimé. Il a souligné "l'urgence pour les chasseurs à communiquer sur les milliers d’actions mises en place chaque année par nos structures cynégétiques territoriales. Nous œuvrons tous, du local au national, pour préserver la biodiversité de notre pays. Les services de l’Etat, comme l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, ont depuis longtemps compris notre expertise dans ce domaine : comptages, avis, observations, sont notre lot quotidien, réalisés avec nos deniers, de notre propre chef via nos structures et nos instituts de recherches ou à la demande des instances étatiques et territoriales (...)".
Toujours d'après le communiqué, la campagne ne diffuse pas de contre-vérités, mais elle s’appuie sur des faits quantifiables et vérifiables.
 


Des réactions immédiates à la campagne

Dans le métro parisien, le slogan : « les chasseurs, premiers écologistes de France » s'est  transformé en question.  Le point d'interrogation a été exigé par la RATP. L’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP), consultée systématiquement par la RATP, a émis un avis réservé.

Nos confrères du Parisien, se sont procurés le courrier, dans lequel l’ARPP rappelle que « le message publicitaire doit exprimer avec justesse l’action de l’annonceur en adéquation avec les éléments justificatifs dont il dispose ». Celui-ci doit être aussi « proportionné à l’ampleur des actions menées par l’annonceur en matière de développement durable ainsi qu’aux propriétés du produit dont il fait la promotion ».
Or, la source des chasseurs serait un sondage réalisé auprès des auditeurs de l'émission "Les Grandes Gueules  sur RMC, preuve jugée insuffisante donc.

 
 

Sur les réseaux sociaux, les réactions sont nombreuses

La Ligue pour la Protection des Oiseaux par exemple, rappelle, en parodiant la campagne de publicité des chasseurs que, vingt millions de faisans, perdrix et colverts sont lâchés chaque année pour être abattus. Vingt espèces d'oiseaux menacés de disparition sont toujours chassées. 
 


Le mouvement pour la Cause Animale s'insurge contre les risques de se faire tirer dessus.  
 


 Sur Europe 1 Eric Jadot, député européen d'Europe Ecologie Les Verts réagit :
"La provocation n'a pas de limites. Tout le monde est écologiste aujourd'hui. Monsanto est écologiste, ceux qui vont chercher le pétrole sont des écologistes, Macron est écologiste. On peut avoir de l'humour mais là, ce cynisme est à la limite du supportable".

Bref, cette campagne inédite aura le mérite de susciter des réactions, c'est le moins qu'on puisse dire. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Didier Gérard, directeur de l'Open d'Orléans

Les + Lus