Bourges : la visite d'un maire-adjoint aux témoins de Jéhovah agace l'opposition

Témoins de Jéhovah à Annecy, photo d'illustration. / © Tiia Monto
Témoins de Jéhovah à Annecy, photo d'illustration. / © Tiia Monto

Sur les réseaux sociaux, le conseiller Yannick Bedin s'interroge sur le caractère officiel de la visite du maire-adjoint Pascal Tinat aux témoins de Jéhovah, et en appelle au maire.

Par France 3 Centre-Val de Loire

Une visite qui ne passe pas. Ce vendredi matin, un adjoint au maire de Bourges s'est rendu à l'inauguration du nouveau lieu de culte des témoins de Jéhovah de la ville

"Monsieur Pascal Tinat vous y représentait-il ainsi que la municipalité ou bien s'agissait-il d'une visite privée ?", s'interroge le conseiller municipal Yannick Bedin, en s'adressant au maire de Bourges Pascal Blanc. Il rappelle également que les témoins de Jéhovah sont officiellement reconnus comme une secte par la Commission d'enquête sur les sectes de l'Assemblée nationale.

Il me paraîtrait dommageable pour l’image de la ville et l’honneur du conseil municipal, que vous ayez pris la décision de vous faire représenter à cette inauguration. Si la laïcité est le principe qui garantit la liberté des cultes, elle nous impose aussi la plus grande vigilence quant aux atteintes à la liberté de conscience et au libre arbitre. - Yannick Bedin
 

Témoins de Jéhovah : secte ou pas secte


Pour le principal intéressé, il s'agit d'une polémique fabriquée. "La période électorale est propice à cette fausse polémique, s'agace Pascal Tinat dans un communiqué. Je me suis rendu une demi-heure pour répondre à l’invitation" que lui avait adressée les témoins de Jéhovah "comme je le fais pour d’autres associations. Je n’ai bien entendu pas pris la parole."

Pascal Tinat tient par ailleurs à rappeler "que la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) ne classe pas les Témoins de Jéhovah comme une secte et qu’ils ne sont pas interdits."

Et pour cause : la Miviludes n'a dressé aucun registre des sectes en France. "Les seules listes publiées ont été le fruit du travail des commissions d’enquêtes parlementaires de 1995 et 1999", peut-on lire sur le site de la Mission interministérielle. Elle continue cependant "d'exercer sa vigilance à l’ égard des Témoins de Jéhovah en raison de signalements de dérives sectaires qu’elle reçoit régulièrement de la part d’anciens membres ou de proches des membres de cette communauté."

Sur le même sujet

Les + Lus